Don du sang ouvert aux homosexuels abstinents : comment Marisol Touraine répond aux critiques

Don du sang ouvert aux homosexuels abstinents : comment Marisol Touraine répond aux critiques

DirectLCI
DISCRIMINATION - Dans une tribune publiée vendredi par le Huffington Post, la ministre de la Santé répond aux critiques formulées contre l’obligation pour les homosexuels voulant donner leur sang de s'abstenir de relations sexuelles pendant un an. Selon elle, il s’agit d’un passage obligé avant l’égalité complète.

La mesure devait être mise au crédit du gouvernement, mais la contestation n’a pas tardé à prendre de l’ampleur. Auparavant purement et simplement interdits de don de sang, les gays pourront désormais donner, mais à une condition : être sexuellement abstinents depuis au moins un an. Dans une tribune publiée vendredi sur le Huffington Post, Marisol Touraine a tenu à répondre aux critiques formulées à l’encontre de cette réforme.

La réforme est-elle vraiment une avancée ?

Annoncée comme une petite révolution, la réforme du don du sang n’a pas produit le même enthousiasme auprès du public. Certains y voient un faux progrès qui remplace une discrimination par une autre. Une critique à laquelle Marisol Touraine répond sur le Huffington Post en répétant qu’il s'agit pour elle d’une “véritable avancée”.

“Pourquoi ? Parce qu'elle rompt l'exclusion de principe d'une personne sur la base de son orientation sexuelle. Exclusion qui disait la défiance d'une société vis-à-vis des homosexuels. Exclusion que beaucoup percevaient, à juste titre, comme une discrimination. Exclusion d'autant plus intolérable qu'elle s'appliquait à l'un des plus beaux actes de générosité: le don” explique la ministre.

EN SAVOIR + >> L'ouverture du don du sang aux homosexuels abstinents très critiquée

L’obligation d’abstinence est-elle une nouvelle discrimination ?

Obliger les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes à s’en abstenir pendant un an est une discrimination de fait, les hommes hétérosexuels n'étant pas soumis à la même règle. Mais selon la ministre, il s’agit d’une précaution scientifique. “Comme le don du sang était jusqu'à présent interdit aux homosexuels, nous ne disposons pas aujourd'hui de données scientifiques solides sur le sujet”, explique Marisol Touraine.

L’égalité serait retardée pour rendre “sûre et irréversible” sa mise en place définitive. Selon la ministre de la Santé, “c'est en apportant toutes les garanties, sur ce volet sanitaire, que nous nous donnons les meilleures chances d'enclencher et de faire accepter la convergence totale des critères du don.” La ministre veut ainsi apporter la preuve irréfutable que "le risque de prélever du sang contaminé n'est pas plus élevé pour ces donneurs que pour les donneurs hétérosexuels."

L’égalité, c’est pour quand ?

Marisol Touraine, selon qui cette ouverture sous conditions du don de sang des homosexuels entrera en vigueur à partir du "printemps 2016", assure dans cette tribune qu’elle “partage le projet, que beaucoup d'entre vous défendent, d'une égalité totale des critères du don entre homosexuels et hétérosexuels.”

EN SAVOIR +
>>
Les homosexuels pourront donner leur sang sous condition en 2016
>>
Pour Jean-Luc Roméro, "cette décision reste discriminatoire"

Plus d'articles

Sur le même sujet