Drame de Brétigny-sur-Orge : un nouveau rapport accablant pour la SNCF

Drame de Brétigny-sur-Orge : un nouveau rapport accablant pour la SNCF

BRETIGNY - Un nouveau rapport sur le dramatique accident de train de 2013 à Brétigny-sur-Orge confirme l'état de délabrement du réseau dans la zone du déraillement et affirme qu'"une surveillance efficace" aurait sans doute pu éviter l'accident.

Une nouvelle pièce portée au dossier. Les juges en charge de l'enquête sur le dramatique déraillement du train Paris-Limoge, le 12 juillet 2013, à Brétigny-sur-Orge (Essonne) viennent de recevoir un rapport d'expertise produit par deux ingénieurs spécialisés à la demande de la SNCF. L'analyse des experts confirme les manquements graves dans la maintenance du site, révèle Europe 1 . Différents rapports ont en effet déjà dénoncé l'état de délabrement du réseau alors qu'il est établi que le basculement d'une éclisse, une agrafe métallique reliant deux rails, est à l'origine de l'accident.

À LIRE AUSSI >> Accident de train de Bretigny : la SNCF a-t-elle manipulé l'enquête ?

Le dernier rapport en date souligne notamment l'état de "délabrement complet" du réseau et note par exemple l'absence persistante d'un boulon ou encore le fait qu'une pièce soit fissurée depuis cinq ans sans avoir été remplacée. Surtout, les deux ingénieurs l'affirment : "une surveillance efficace" aurait sans doute permis d'éviter le drame de Brétigny qui a coûté la vie à sept personnes et en a blessé des soixante-dix autres.

"Il n'est pas possible d'oublier la faute individuelle"

Accablant pour la compagnie, un bilan technique de la SNCF réalisé la veille de l'accident, soit le 11 juillet, cité par le rapport, relève l'existence "de gros soucis à Brétigny", nécessitant l'intervention d'un responsable "afin de redresser la barre", est-il noté. Néanmoins, les experts qui signent ce nouveau rapport notent également des erreurs dans la confection des scellés réalisés par les membres du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT).

Si à ce stade, seuls la SNCF et RFF, propriétaire des voies, sont mis en examen pour homicides et blessures involontaires, Me Gérard Chemla, l'avocat de l'association Entraide et défense des victimes de l'accident de Brétigny, pointe également la responsabilité individuelle d'employés. "On voit que les êtres humains, les salariés qui étaient au contrôle semblent avoir été dramatiquement défaillants", souligne l'avocat interrogé par Europe 1. "Il n'est pas possible de s'en tenir à la faute collective et d'oublier la faute individuelle", estime-t-il.

EN SAVOIR + >> Catastrophe ferroviaire de Brétigny : le rapport qui accable la SNCF

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques