EN IMAGES - Statue taguée, fusil "factice" : week-end tendu à Calais

EN IMAGES - Statue taguée, fusil "factice" : week-end tendu à Calais

TENSIONS - La situation se tend de jour en jour à Calais. Samedi, une manifestation en soutien aux migrants était organisée. Des débordements ont émaillé le rassemblement.

Trente-cinq interpellations, le port de Calais occupé et des affrontements avec les habitants. La journée de samedi a été mouvementée à Calais. En début d'après-midi, plusieurs centaines de personnes s'étaient réunies dans le centre ville pour manifester pacifiquement leur soutien aux migrants qui s'entassent dans la "jungle" de Calais, bidonville à ciel ouvert qui accueille les candidats à la traversée de la Manche. 

Une statue de de Gaulle vandalisée

Pendant la manifestation, des membres du groupe Calais Solidarity, qui milite pour les droits des migrants, ont posté sur Twitter une photo sur laquelle on voit une statue du Général de Gaulle ornée de l'inscription "Nik la France" (sic). 

Un tag qui a fait réagir les internautes mais aussi certaines personnalités politiques, comme Guillaume Peltier, pour Les Républicains, qui estime que les migrants qui "taguent la statue du Général de Gaulle n'ont rien à faire en France". Une vision des événements que conteste Gaspard Glanz, journaliste pour Taranis News et présent sur place. Selon lui, ce sont des antifas français qui ont dégradé la statue, une action qui n'aurait donc rien à voir avec les migrants. 

Affrontements avec les calaisiens 

Au cours de la journée, un groupe de manifestants a eu maille à partir  avec deux habitants de Calais visiblement très énervé par la manifestation. Sur une vidéo tournée par Taranis News , on voit les deux hommes invectiver la foule qui répond en lançant des objets en direction de leur jardin. Une altercation qui aurait pu tourner beaucoup plus mal. On aperçoit en effet l'un des deux habitants sortir une carabine, factice selon iTélé, et la pointer en direction de la foule avant de se raviser. 

A la fin de la journée, trente-cinq personnes, dont 24 migrants et 11 membres du collectif No Borders, ont été interpellés. En fouillant le paquebot investi par les migrants, les policiers en retrouvés "une dizaine" d'entre eux cachés entre les parois du bateau.

A LIRE AUSSI
>>  Emma Watson avec les migrants de Calais : la pétition qui cartonne
>>  Drame des migrants : au moins 44 morts dont 20 enfants en mer Égée
>>  Trois mois ferme pour avoir caché un migrant de Calais dans son coffre

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques