En réponse au décret de Trump, Starbucks et Airbnb volent au secours des réfugiés

EN RÉACTION - Le groupe américain Starbucks prévoit d'embaucher 10.000 réfugiés sur cinq ans dans 75 pays, a annoncé dimanche son PDG, Howard Schultz, deux jours après l'adoption par Donald Trump d'un décret interdisant l'entrée des Etats-Unis aux réfugiés de sept pays. De son côté, Airbnb propose des hébergements gratuits aux personnes affectées.

Le décret anti-immigration pris par Donald Trump a suscité protestations et manifestations aux Etats-Unis et dans plusieurs pays. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il a aussi été critiqué par plusieurs grandes entreprises américaines. En particulier par la chaîne de cafés Starbucks, qui n'a pas tardé à réagir. 


Dans une lettre aux employés du groupe, le PDG Howard Schultz, que l'on sait proche du parti démocrate, a annoncé son intention de recruter 10.000 réfugies, dans les 75 pays où est présent Starbucks, au cours des cinq prochaines années. Et il a assuré qu'il ferait tout ce qui est son pouvoir pour venir en aide aux salariés concernés par le décret présidentiel. Ainsi, la campagne de recrutement de réfugiés débutera aux Etats-Unis, en privilégiant les personnes qui ont assisté les troupes américaines à l'étranger, en tant qu'interprètes par exemple.


Dans sa lettre, Howard Schultz, qui quittera la direction générale de Starbucks dans quelques mois, réaffirme par ailleurs la volonté de son groupe de continuer à faire des affaires au Mexique, un pays visé par la politique de contrôle des frontières de Donald Trump.    

Les grandes entreprises américaines en réaction

Starbucks n'est pas la seule grande entreprise américaine à réagir. La plateforme communautaire Airbnb a également fait savoir, via un tweet de son PDG Brian Chesky, qu'elle proposait un hébergement gratuit aux personnes affectées, réfugiés comme voyageurs bloqués dans les aéroports, avant de conclure : "Contactez-moi si vous avez besoin d'hébergement".

Airbnb et Starbucks apportent ainsi la première réponse concrète des grandes entreprises américaines au controversé décret anti-immigration pris par le président Donald Trump, qualifié d'"injuste" par des grands patrons.

En vidéo

Face au décret anti-immigration de Donald Trump, la riposte s'organise

En vidéo

Décret anti-immigration : l'opposition gronde

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet