Épidémie de grippe : le gouvernement a-t-il failli ?

L’épidémie de grippe saisonnière

Voir
40 DE FIEVRE – Dès le 27 novembre, l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (IRSAN) a lancé une alerte sur l’épidémie de grippe. Alors que la ministre de la Santé prévient que le "bilan sera probablement lourd", le directeur de l'Institut regrette auprès de LCI que la campagne de vaccination n’ait pas été renforcée à partir de cette date.

La rengaine est connue. Cette année, a-t-on fait tout ce qui était possible pour endiguer l’épidémie de grippe dont le pic est désormais attendu la semaine prochaine ? Lors de l’hiver 2014, déjà, plusieurs experts estimaient qu’elle aurait pu être mieux anticipée par les pouvoirs publics avec d’utilisation systématique de gel hydroalcoolique dans les lieux d’accueil pour personnes âgées. 


Alors que la grippe a déjà tué treize pensionnaires d’une maison de retraite, ce début d’année risque de ne pas échapper à la même polémique.  Lors de cet hiver 2016-2017, le ministère de la Santé a-t-il commis des erreurs précédemment dénoncées ? Ce mercredi 11 janvier, pourtant, Marisol Touraine -qui anticipe un bilan "probablement lourd"- et ses équipes ne ménagent pas leurs efforts pour se montrer mobilisées. Dans la matinée, la ministre a ainsi demandé aux hôpitaux de "mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour éviter la saturation des urgences", quitte à déprogrammer les opérations non urgentes. Et assure avoir adressé, dès le 21 décembre, un message d’alerte rapide sanitaire aux établissements de santé, "leur demandant une vigilance et un ajustement de l’organisation face à l’augmentation de l’activité". 

En vidéo

Épidémie de grippe : les urgences presque saturées

Une alerte dès le 27 novembre

Pourtant, les premières alertes concernant l’épidémie de grippe semblent avoir été rendues publiques bien plus tôt dans l’année. C’est en tout ce qu’affirme à LCI Laurent Toubiana, chercheur pour l’INSERM et directeur de l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (IRSAN). Contacté ce mercredi, il nous explique : "Cela fait sept semaines que nous avons  averti le plus grand nombre que la grippe était là, en diffusant l’information sur le site de l’Irsan. Nous étions au courant que l’épidémie avait franchi le seuil de détection précoce depuis le 27 novembre, date à laquelle nous avons lancé l’alerte."


Et bien que cette année, la campagne de vaccination ait débuté le 7 octobre 2016 à l’aide de spots d’information diffusés sur France Télévisions,  elle aurait mérité, selon le chercheur, d’être encore renforcée. "A l’heure actuelle, le taux de couverture vaccinale est de 50%, alors qu’il doit être de 75% pour endiguer l’épidémie. Clairement, les campagnes d’information ne suffisent pas. Si dès le 27 novembre, une plus forte campagne de vaccination avait vu le jour, ça irait mieux aujourd’hui." 

En vidéo

Vrai/Faux : la vaccination contre la grippe

"Epidémie pas plus forte que les autres années"

Force est de constater que l’alerte lancée par l’Irsan est en effet passée inaperçue : sur le site du ministère de la Santé, le premier communiqué rappelant l’importance de la vaccination contre la grippe saisonnière ne date que du 15 décembre, soit plus de quinze jours après la mise en garde de l’Institut de recherche. 


Néanmoins, Laurent Toubiana ne saurait se montrer catastrophiste. "Pour le moment, l’épidémie suit une évolution normale Elle n’est pas plus forte que les autres années" conclut-il.

En vidéo

Epidémie de grippe : selon un médecin urgentiste, Marisol Touraine "a une méconnaissance complète de la réalité"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’épidémie de grippe saisonnière

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques