Face à la crise agricole, Valls dégaine... une aide fiscale

Face à la crise agricole, Valls dégaine... une aide fiscale

SOCIAL - Appelant à la fin du mouvement, Manuel Valls a annoncé ce mercredi à l'Assemblée nationale une baisse de sept points des cotisations sociales de tous les agriculteurs. Les agriculteurs ayant dégagé de très faibles revenus en 2015 bénéficieront ausi d'une "année blanche" sur leurs cotisations sociales.

Un geste pour le monde agricole. Lors de la séance des questions au gouvernement, le Premier ministre a annoncé "une nouvelle baisse de charges sociales de 7 points, immédiate et pour tous les agriculteurs, et une année blanche sociale pour tous les agriculteurs qui auront dégagé un très faible revenu en 2015". En contrepartie, le chef du gouvernement, qui venait de recevoir à Matignon le patron de la FNSEA Xavier Beulin et le président des Jeunes agriculteurs Thomas Diemer, a dit leur avoir demandé de "faire cesser les manifestations d'agriculteurs".

La FNSEA satisfaite, les agriculteurs, un peu moins

"Il y a des avancées aujourd'hui, je les salue", a réagi Xavier Beulin, mais "la satisfaction va venir le jour où nous aurons avancé sur les trois sujets qui sont devant nous aujourd'hui": l'Europe, les normes et autres régulations et la capacité à restaurer les prix, a-t-il ajouté. Le président du principal syndicat agricole français appelle donc "solennellement tous (se)s collègues a faire preuve de mesure", mais ne demande pas la fin des manifestations. A ce titre, Xavier Beulin attend notamment que la visite du commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, le 25 février à Paris, soit l'occasion d'annoncer de nouvelles mesures pour le secteur, comme la régulation de la production. "Si la Commission européenne ne nous entend pas, n'imaginons pas un instant que la mobilisation va redescendre", a-t-il assuré.


Cette année blanche sociale se traduira par "un report automatique d'un an, reconductible dans la limite de trois ans, sans aucune démarche de l'agriculteur, sans pénalité ou intérêt de retard, de toutes les cotisations sociales 2016", a-t-il précisé, en réponse à une question du député PS Germinal Peiro. La baisse des cotisations se fera elle via "décret". Le Premier ministre a également évoqué, via la future loi "Sapin 2", des "mesures complémentaires de rééquilibrage des relations commerciales" entre les producteurs agricoles et la grande distribution, "si nécessaire".

La baisse des charges insuffisante, jugent les manifestants

La FNSEA, principal syndicat agricole français, demandait une baisse de 10 points des charges sociales des agriculteurs, de 45 à 35%, une mesure chiffrée à 600 millions d'euros, pour permettre à l'agriculture française de redevenir compétitive face aux autres pays européens. Dans les faits, les agriculteurs payent aujourd'hui 42% de charges sociales grâce à une prise en charge, depuis janvier 2015, des allocations familiales équivalentes à 3 points. Cumulée à cette baisse, la baisse totale de cotisations s'élève à dix points, a souligné Manuel Valls. "C'est plus que (ce que) demandaient les représentants du monde agricole que nous venons de rencontrer", a-t-il affirmé.

Cela suffira-t-il à apaiser la colère des agriculteurs ? Pour beaucoup, cela ne semble pas forcément bien parti pour. Sur France Info, les travailleurs agricoles qui manifestaient à Rennes parlaient entre autres d'un "pansement sur une jambe de bois". Le geste gouvernemental ne leur signifie pas grand-chose, expliquent-ils. Un producteur de lait indiquait notamment que la variable à toucher était plutôt la marge que dégagent les grandes surfaces en écrasant le prix du lait. "Là, il nous manque 7 ou 8 centimes au litre".

A LIRE AUSSI
>> Crise agricole : les tracteurs font le siège de Vannes
>>
Crise agricole : incidents à Quimper

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques