Face à la polémique, l'ex-mentor des frères Kouachi décide de ne plus apparaître en public

Face à la polémique, l'ex-mentor des frères Kouachi décide de ne plus apparaître en public

DirectLCI
RÉACTION - Considéré comme l'ex-mentor des frères Kouachi, Farid Benyettou avait créé l'indignation en arborant un badge "Je suis Charlie", le 7 janvier sur C8. Dans un communiqué publié ce lundi, ce dernier assure qu'il n'interviendra plus publiquement.

Après avoir indigné de nombreux Français, Farid Benyettou a pris sa décision : il n'interviendra plus publiquement. Celui qui est considéré comme l'ex-mentor de Chérif et Saïd Kouachi, était ce week-end apparu dans l'émission "Salut les Terriens!" de C8 et avait arboré un badge "Je suis Charlie". Lundi 9 janvier, l'ancien "émir" de la filière des buttes Chaumont, a réagi dans un communiqué, disponible sur le site de Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l'Islam (CPDSI).


"J’ai pris conscience que mes apparitions médiatiques ont mis plusieurs personnes mal à l’aise. Et puisque je ne cherche pas à offenser qui que ce soit à travers mes propos, j’ai donc pris la décision de ne plus intervenir publiquement à compter de ce jour", écrit-il. Une décision qui intervient alors que son apparition avait suscité l'indignation, tant chez les internautes...

... les principaux intéressés (ici un dessin de Coco, collaboratrice de Charlie Hebdo)

... que chez les politiques, notamment deux sénateurs, la centriste Nathalie Goulet et le Républicain André Reichardt, qui ont saisi le CSA après l'apparition du jeune homme sur le plateau de Thierry Ardisson. Les deux parlementaires ont considéré la séquence "comme une provocation à l'égard des victimes du terrorisme islamiste". Au Huffington Post, Nathalie Goulet a notamment jugé que le 7 janvier était "le pire moment pour lui donner la parole" et "une violation de la mémoire des victimes".

C’était également l’occasion pour moi de revenir sur ma part de responsabilité et de l’assumer pleinementFarid Benyettou

Celui qui se dit "repenti" est également revenu sur la promotion de son livre Mon djihad, itinéraire d'un repenti, écrit avec Dounia Bouzar, l'anthropologue connue pour son travail contre l'embrigadement et les dérives sectaires. "Par ce livre, j’ai voulu et je continue à vouloir empêcher que d’autres soient séduits par ces mêmes utopies que j’ai défendues pendant toutes ces années au point d’en oublier la réalité : l’idéologie djihadiste prône avant tout la haine, la destruction et le meurtre de tout ce qui est différent ou de tous ceux qui pensent différemment", a-t-il expliqué, en réponse aux associations L'Association française des victimes du terrorisme (AfVT) et Onze Janvier qui ont dénoncé dans un communiqué une "récupération mercantile des commémorations des attentats de janvier 2015".


Dans son livre, il reconnait avoi.r "eu un rôle essentiel dans ce carnage" de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher "par le biais de (ses) prêches" auprès des deux terroristes. C'est pourquoi il aurait décidé de contacter Dounia Bouzar et de témoigner. "C’était également l’occasion pour moi de revenir sur ma part de responsabilité et de l’assumer pleinement. J’estime le devoir aux victimes, aux familles des jeunes que j’ai envoyés à la mort et à mon pays", a-t-il poursuivi.

En vidéo

Deux ans après Charlie Hebdo, le discours ému et rassembleur de François Hollande

Plus d'articles

Sur le même sujet