Fianso "pas inquiété" après le tournage de son clip sur l'autoroute, vraiment ?

Avec

La chasse aux intox

Voir
CODE DE LA ROUTE - Le rappeur Fianso a bloqué la semaine dernière un segment de l'autoroute A3 pour tourner un clip. Un site de droite déplore le fait qu'il ait agi sans avoir été inquiété par la justice. En réalité, une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny. Elle a débouché sur le placement en garde à vue du rappeur, le jeudi 20 avril.

Mise à jour le jeudi 20 avril : D'après les informations du Parisien, Fianso a été placé en garde à vue ce jeudi 20 avril, après le tournage non autorisé de son clip sur l'autoroute A3. 


C'est une vidéo qui a fait le tour du Web. Jeudi 6 avril, l'autoroute A3 a été bloquée durant quelques minutes, à la hauteur de Aulnay-sous-bois. La raison ? Ni travaux ni accident, mais le tournage d'un clip musical par le rappeur Fianso. Un blocage qui n'avait pas été autorisé par la préfecture, et donc potentiellement dangereux. Sur internet, les réactions sont partagées entre indignation et amusement. Le clip a été visionné près de quatre millions de fois en quelques jours. 

Mais l'histoire ne fait pas rire tout le monde. Sur le site Boulevard Voltaire, un article partagé près de 2000 fois dénonce l'indifférence judiciaire dont aurait bénéficié le rappeur. En effet, le site d'opinion orienté à droite s'indigne du fait que Fianso ne soit pas poursuivi et déplore une société dans laquelle les personnes "issues de la diversité" profiteraient d'un traitement de faveur : "Si vous êtes rappeur, "issu de la diversité", vous pouvez mépriser la police, mettre la vie des automobilistes en danger sans être inquiété", peut-on lire.

Entrave à la circulation

L'article de Boulevard Voltaire dresse aussi un parallèle avec Marine Le Pen. Le clip de campagne de la candidate a été épinglé car certains lieux de tournage, en Bretagne, n'avaient pas fait l'objet d'une autorisation. Selon l'auteur, cette prétendue différence de traitement entre Fianso et Marine Le Pen est symptomatique de "la France socialiste". 


Sauf que la comparaison ne tient pas. En réalité, une enquête préliminaire sur le blocage occasionné par Fianso est en cours, assure une source du parquet de Bobigny à LCI dans le cadre du projet CrossCheck, confirmant une information du  Parisien. Confiée à la CRS autoroutière Nord Ile-de-France, elle a été ouverte le 8 avril pour "entrave à la circulation" et "usage de fausses plaques d'immatriculation". Le préfet de Paris a d'ailleurs qualifié ce blocage improvisé à des fins musicales d'"illicite" et "inacceptable".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La chasse aux intox

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques