Grâce de Jacqueline Sauvage : l'actrice Eva Darlan "très, très optimiste"

Grâce de Jacqueline Sauvage : l'actrice Eva Darlan "très, très optimiste"

INTERVIEW - Connue aussi bien à travers ses rôles à la télévision qu'au cinéma, l'actrice Eva Darlan est également une militante féministe. Engagée pour la libération de Jacqueline Sauvage, elle a confié son optimisme sur les suites de l'affaire. Et rappelé l'urgence d'améliorer l'accompagnement des femmes victimes de violence conjugale.

Et maintenant, l'attente. Les proches et la défense de Jacqueline Sauvage reçues hier à l'Elysée par François Hollande doivent être patientes, en attendant la décision du président de gracier ou non cette femme, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari après 47 ans de violences conjugales. La mobilisation portera-t-elle ses fruits ? Elle n'a jamais été aussi forte : une pétition numérique qui va tranquillement vers ses 500.000 signatures, des rassemblements réguliers... et un engagement de personnalités chaque jour plus nombreuses.

EN SAVOIR + >> Jacqueline Sauvage : François Hollande accorde sa grâce présidentielle

"J'ai été bouleversée par sa condamnation"

Parmi elles, l'actrice Eva Darlan, qui suit l'affaire depuis ses débuts et a contribué, en compagnie de Karine Plassard, Véronique Guegano et Carole Arribat, à la création du comité de soutien à la sexagénaire . Et dont l'engagement pour la cause féministe remonte a plus longtemps, puisqu'elle a été la marraine de l'association "Ni Putes, ni soumises".

EN SAVOIR +
>>
Une grâce présidentielle, comment ça fonctionne ?
>>
François Hollande reçoit la famille de Jacqueline Sauvage
>>
"Elle a protégé sa vie"

Pour évoquer Jacqueline Sauvage, la comédienne ne mâche pas ses mots : "J'ai été bouleversée. Je regrette de ne pas être allée à l'audience en appel, vu le comportement de la présidente et de l'avocat général. Cette femme a subi 47 ans de violences conjugales : et pour lui montrer leur compréhension, que la société tient bien compte de ce qu'elle a vécu, ils la condamnent à dix ans de prison ?"

Alexandra Lange, Jacqueline Sauvage, même combat

Aux relances sur la question de la légitime défense, non retenue par le tribunal, Eva Darlan, qui a eu à subir pendant des années la violence de son père, ses frères, jusqu'à l'un de ses derniers compagnons, elle répond avec une ironie froide : "Vous savez, tant qu'une femme battue n'est pas morte, elle n'est pas vraiment en danger. Jacqueline Sauvage était menacée de mort tous les jours. Elle a sauvé sa peau."

Elle amène sur le tapis l'affaire Alexandra Lange, pour qui la légitime défense avait été retenue (elle avait tué son mari alors qu'il était en train de la battre) : "La seule différence, c'est qu'Alexandra Lange avait un couteau à portée de main."

EN SAVOIR + 
>> 10 ans de prison pour Jacqueline Sauvage >>  "Vous qui saviez, vous auriez du faire quelque chose, nom de dieu!" >> Le combat de la défense pour "une présomption de légitime défense"

"Ce cas a réveillé le monde"

Et celle qui se fit notamment connaître pour sa participation au Tribunal des flagrants délires sur France Inter de déplorer un manque manifeste de soutien aux femmes battues : "Le cas Sauvage est très intéressant parce qu'il a réveillé le monde : nous, femmes battues, on est abandonnées. On nous dit d'aller porter plainte, ou plutôt une main courante parce que la plainte, vous comprenez, c'est trop long. Et il ne se passe rien. Il faut qu'on soit protégées, que les ordonnances d'éloignement soient vraiment appliquées, que les policiers qui reçoivent les plaintes soient formés à l'accompagnement. On n'est pas des punching-balls !"

L'actrice trouve cependant les derniers développements de l'affaire très encourageants : "Je suis très, très optimiste. Ce serait d'une cruauté sans nom de la part de François Hollande que de faire la démarche de rencontrer la famille et les avocates et que cela ne donne rien."

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques