Grève des routiers lundi : en cas de pénurie d'essence, combien de temps peut-on compter sur les réserves stratégiques ?

DirectLCI
POMPES À SEC - Les syndicats de transporteurs routiers CGT et FO lancent une grève reconductible à partir de lundi 25 septembre 2017, avec des blocages et des opérations escargot. Si les stations-service et les raffineries étaient bloquées, combien de jours les réserves stratégiques de carburant permettraient-elles de tenir ? Eléments de réponse.

Après "l'échec" de leur réunion au ministère des Transports à propos de la réforme du code du travail, les syndicats CGT et FO du transport routier ont déclaré, ce mercredi, qu'ils maintenaient leur appel à la grève à partir du lundi 25 septembre. 


Si le mouvement, dont les contours ne sont pas encore définis, se durcit, la France doit-elle craindre une pénurie de carburant la semaine prochaine ? Cela vaut-il la peine de se ruer aux pompes à essence pour faire le plein en prévision d'un manque de carburant ? Pouvez-vous remplir des jerricans d'essence en réserve ? On vous explique. 

La France risque-t-elle une pénurie de carburant ?

La mobilisation contre la loi El Khomri avait eu pour conséquence d'assécher certaines pompes à essence dans l'Hexagone. Pour cette nouvelle contestatin,  Jérôme Vérité (CGT) a prévenu au micro de RTL :  "À partir du moment où il y a 80 % de salariés de citernes qui sont en grève, le carburant ne circule plus". Il a appelé les Français "à faire le plein assez rapidement". En promettant une mobilisation massive, il agite la menace d'une pénurie. Cela est-il possible ? Selon le comité national du pétrole, il existe 7 raffineries en métropole, au 1er janvier 2017. Côté pompes à essence, au 1er janvier 2016, il y avait 10 765 points de vente, d’après l’enquête annuelle réalisée par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat -DGEC, dont 5098 unités pour les grandes et moyennes surfaces. 


Et quand bien même certaines pompes seraient à sec, la France pourrait puiser dans ses réserves stratégiques. Celles-ci sont gérées par le duo Comité professionnel des stocks stratégiques pétroliers (CPSSP) et Société anonyme de gestion de stocks de sécurité (SAGESS), sous la tutelle du ministère de l'Environnement. Le but est de mettre suffisamment de pétrole de côté afin de pouvoir faire face à une pénurie et préserver la souveraineté nationale. Ces sites de stockage sont, selon la SAGESS, au nombre de 93, répartis sur tout le territoire : 84 dépots commerciaux, 8 raffineries et 1 site de cavités salines souterraines. 

Combien de temps les réserves stratégiques permettent-elles de tenir ?

De plus, selon la SAGESS, "chaque opérateur pétrolier s’acquitte individuellement de son obligation de stockage en constituant ses stocks de réserve d’une part en propre (44% ou 10% selon son choix) et, d’autre part, en déléguant le reste (56% ou 90%) au CPSSP qui a largement recours aux stocks de la SAGESS afin d’assurer l’obligation qui lui est déléguée", peut-on lire sur le site Internet. 


Forte de ces réserves, la France possède ainsi une marge de manœuvre de plus de 90 jours d'importations, soit 61 jours de consommation journalière moyenne. Autant dire que la pénurie sèche de carburant paraît improbable. Si la crainte paraît fondée, elle ne l'est pas forcément. Ce qui risque d'arriver, en revanche, c'est l'effet de panique. Les automobilistes, par crainte, peuvent se ruent dans les stations-essence et créer eux-mêmes un sentiment de pénurie. 

A-t-on le droit de remplir des jerricans d'essence en prévision d'une pénurie ?

Si la pénurie d'essence semble peu probable, il paraît donc inutile de remplir des jerricans d'essence à la station-service la plus proche. Si toutefois, vous souhaitez le faire, sachez que la loi est très stricte à ce sujet. Vous devez la stocker dans des contenants homologués et leur contenance ne doit pas être supérieure à 20 litres pour les tondeuses et autres outils de jardinages. Quant aux véhicules particuliers, il est limité à 5 litres et doit être fait uniquement dans le but de dépanner. Attention toutefois, le préfet peut, par arrêté, interdire le transport de carburants en jerrican ou citerne sur l'ensemble de son département. 

Plus d'articles

Sur le même sujet