Harcèlement scolaire : la réponse de Najat Vallaud-Belkacem aux professeurs agacés par le clip de Mélissa Theuriau

Harcèlement scolaire : la réponse de Najat Vallaud-Belkacem aux professeurs agacés par le clip de Mélissa Theuriau

DirectLCI
EXCLUSIF – Interrogée par metronews, Najat Vallaud-Bekacem a réagi mardi à la polémique sur le clip réalisé par Mélissa Theuriau dans le cadre de la journée contre le harcèlement scolaire. Pour la ministre de l'Education, il n'y a "aucune maladresse" dans la mise en scène de cette vidéo, l'objectif étant de s'adresser aux enfants et non aux enseignants qui ont pu se sentir caricaturés.

Les syndicats enseignants sont montés au créneau pour demander le retrait d'un clip "caricatural", portant selon eux atteinte à l'image des professeurs. Mais pour Najat Vallaud-Belkacem, il n'est évidemment pas question de retirer cette vidéo réalisée par Mélissa Theuriau, dans laquelle un écolier roux est la cible des boulettes et insultes de la part de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Interrogée mardi par metronews dans le cadre d'une interview qui sera publiée jeudi à l'occasion de la première journée nationale contre le harcèlement scolaire, la ministre de l'Education assure qu'il n'y a "aucune maladresse" dans la mise en scène de cette vidéo. Au contraire. 

Pas question "de jeter la pierre à quiconque"

"L'idée complètement assumée, c'était de donner carte blanche à la réalisatrice, de manière à obtenir un résultat beaucoup plus efficace que si le ministère avait lui-même tenu la plume", explique-t-elle. "La seule requête qui lui a été adressée, c'est de parler aux enfants de 7 à 11 ans avec un discours clair, dans lequel ils puissent se reconnaître." Un objectif parfaitement atteint selon la locataire de la rue de Grenelle. "Que ressent un enfant victime de harcèlement ?", poursuit-elle. Qu'il est entouré de gens qui l'aident, à son écoute et compréhensifs ? Pas du tout : il ressent la solitude, l'injustice, le fait de ne pas pouvoir en parler aux adultes. C'est exactement ce que raconte ce clip."

EN SAVOIR + >> Le clip avec Mélissa Theuriau

Si elle regrette que certains enseignants aient pu se sentir blessés, Najat Vallaud-Belkacem estime néanmoins leur réaction "saine" : "Si cette image d'une enseignante qui ne voit pas ce qui se passe dans son dos les a interpellés, ça veut dire qu'ils aimeraient, dans la même situation, savoir mieux réagir que dans cette fiction. Eh bien tant mieux, car c'est précisément à cela qu'aspire la formation que l'on prévoit pour eux et les outils qu'on met à leur disposition pour mieux détecter les signaux et réagir face au harcèlement".

"Que les choses soient claires, souligne la ministre, il ne s'agit aucunement dans cette campagne de jeter la pierre à quiconque : on sait tous pertinemment que la caractéristique pernicieuse du harcèlement, c'est justement qu'il se fait toujours derrière le dos des adultes. C'est pour cela que, si on veut être efficace, c'est le seuil d'intolérance au harcèlement des enfants eux-mêmes qu'il faut élever." Elle conclut : "Une fois que les victimes ou les témoins auront décidé de rompre le cercle vicieux du silence et d'en parler, alors les adultes seront là pour les aider. C'est l'objet de cette campagne, comme des mesures de formation et d'accompagnement des personnels et des parents que j'ai annoncées."

EN SAVOIR + >>
Harcèlement scolaire : "Trop caricatural", le clip officiel ?

Plus d'articles

Sur le même sujet