Hécatombe dans une maison de retraite de Lyon : la difficile lutte contre la grippe dans les Ephad

L’épidémie de grippe saisonnière

Voir
GRIPPE - 13 personnes âgées sont mortes en 15 jours dans une maison de retraite de Lyon. Les Ephad, ou établissements pour personnes âgées, sont particulièrement exposés à la propagation du virus.

13 morts sur 110 résidents. Une hécatombe. C’est un communiqué du ministère de la santé, envoyé aux rédactions samedi  vers 20 h, qui a donné l’alerte sur la situation particulièrement critique de la maison de retraite Korian-Berthelot à Lyon. En 15 jours, entre le 23 décembre et le 7 janvier, 72 personnes ont contracté la grippe, et 13 d’entre elles sont décédées. La moyenne d’âge des personnes décédées est de 91,5 ans. Six personnes sont encore hospitalisées. Des chiffres effarants, qui ont poussé l’Agence régionale de santé et le ministère à réagir. "C’est clairement inhabituel d’avoir autant de décès dans un établissement", souligne à LCI le cabinet de Marisol Touraine. "C’est même exceptionnel. Nous n'avons pas relevé de cas similaires sur les autres régions." 


Que s’est-il donc passé dans cette maison de retraite ? L'établissement semble avoir coopéré en toute transparence avec les autorités, et signalé les décès à l'Agence régionale de santé Auvergne Rhône Alpes. L'ARS a elle même saisi le ministère des Affaires sociales et de la Santé, vendredi, et lancé une mission d’inspection pour  savoir si les recommandations de lutte contre la grippe ont bien été appliquées dans l’établissement, et "identifier et analyser les causes à l’origine de cet évènement exceptionnel". C’est l’Igas, Inspection générale des affaires sociales qui est en charge du dossier, et rendra un premier rapport d’étape sous dix jours.   

Un virus ultra contagieux

Pour l’heure, sur ce cas très particulier, les premiers constats des services indiquent que, "au 6 janvier, les mesures de prévention étaient bien mises en place". Pour Brigitte Milhau, expoert santé sur LCI,  cet Ephad est un "établissement, qui a mis en place tout ce qu'il fallait", indique-t-elle. "Un premier cas a été constaté le 19 décembre, puis 5 cas groupés – ce qu’on appelle une épidémie – se sont manifestés très rapidement. Immédiatement, ils ont prévenu les autorités." Elle rappelle aussi que l'établissement est "très particulier", car "prenant en charge des résidents très lourds, avec des pathologies très lourdes. Tout ceci peut aussi expliuquer ce qu’ils s’est passé". Le Directeur général de la santé, qui s’était rendu sur place, a néanmoins précisé samedi que "38% des résidents étaient vaccinés" contre la grippe, contre 80% dans les autres maisons de retraite du groupe. 


D’après le réseau de surveillance Sentinelles, la grippe saisonnière a dépassé le seuil épidémique pour la troisième semaine consécutive, avec 398 cas pour 100.000 habitants. Elle s’est même intensifiée la semaine dernière, avec une très forte augmentation des passages aux urgences et des hospitalisations de personnes âgées. 


Face à ce virus ultra contagieux, les maisons de retraites sont particulièrement exposées : des personnes âgés, plus faibles, souffrant souvent de polypathologies, d'immobilisme, et… vivant en collectivité, ce qui facilite d’autant plus la propagation du virus. Plus de 90 % des décès liés à la grippe surviennent chez des personnes âgées de plus de 65 ans. D’après l’Institut de veille sanitaire, les IRA (Infections respiratoires aigües), et notamment la grippe, sont même la "première cause de mortalité d’origine infectieuse en Ehpad et la première cause infectieuse de transfert vers l’hôpital".

En vidéo

Vrai/Faux : la vaccination contre la grippe

Des recommandations

Pour contrer cette situation, le ministère de la Santé et l’INVS émettent des "recommandations nationales" pour gérer et prévenir le virus. Sur le terrain, chaque établissement complète avec des mesures adaptées à sa situation.  Le vaccin est tout d’abord indiqué pour tout résident âgé de plus de 65 ans, pour plusieurs maladies infectieuses : la diphtérie-tétanos-polio/10 ans, le dTP-Coqueluche, la grippe, voire le pneumocoque ou hépatite A. "Un taux de vaccination d’au moins 60% des résidents assure une bonne protection des résidents non vaccinés ou non répondeurs", indique l’INVS, qui rappelle toutefois l’importance que le personnel soit lui aussi vacciné. "Même avec un taux de vaccination de 100% des résidents, une épidémie de grippe reste possible en collectivité si le personnel n’est pas vacciné."


Suivent ensuite des recommandations d’hygiène. Trois niveaux sont programmés : mesures élémentaires d’hygiène (niveau 1) ; précaution standard (niveau 2) : hygiène des mains, port de gants, de surblouse ou de lunette en cas de contact à risque, gestion du matériel ou des surfaces souillées… ; le niveau 3, appelé aussi précautions complémentaires, consiste en des prescriptions médicales. L’ARS précise ainsi qu’en survenue de cas d’infections respiratoires, des mesures immédiates doivent être prises, sans attendre la confirmation de l’implication ou non d’un virus grippal : isolement géographique d’une personne atteinte, repas pris en chambre pour les personnes atteintes, port d’un masque respiratoire à l’extérieur de la chambre, désinfection des mains avec une solution hydro-alcoolique. Est aussi prévu de différer les admissions de nouveaux résidents en cas d’épidémie, ou encore la vaccination antigrippale des résidents non atteints et non encore vaccinés durant la saison hivernale. Pour le personnel, il est recommandé le port du masque chirurgical lors des soins donnés aux résidents atteints, de renforcer l’hygiène des mains avant et après contact, port de gants pour les contacts avec les liquides biologique, par exemple lors des mouchages. 


 Les précautions à prendre sont donc très précises. Mais ne sont aussi que des recommandations. Reste que, rappelait un rapport de l’ARS Rhône Alpes en 2011, les Ehpad ont toutes des statuts bien différents, ce qui a des répercussions dans la lutte contre les infections : certains sont rattachés à des établissements hospitaliers ou en statut médicosocial et bénéficient ainsi d’accès direct à une équipe opérationnelle d’hygiène, d’autres sont isolés. Leur ancienneté et leurs tailles varient considérablement, et les professionnels qui interviennent sont multiples. 

En vidéo

JT WE – Lyon : la grippe tue 13 résidents d’une maison de retraite, une enquête est en cours

En vidéo

VIDEO. Épidémie de grippe mortel dans une maison de retraite de Lyon : ce que va révéler l’enquête

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’épidémie de grippe saisonnière

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques