Heurts à Calais lors d'un rassemblement anti-migrants à l'appel de Pegida

Heurts à Calais lors d'un rassemblement anti-migrants à l'appel de Pegida

MANIFESTATION – Malgré l'interdiction préfectorale de manifester, une grosse centaine de personnes s'est rassemblée dans le centre-ville de Calais, à l'appel du mouvement islamophobe Pegida. Des échauffourées ont éclaté avec les forces de l'ordre, qui ont procédé à une vingtaine d'interpellations.

A l'appel du mouvement islamophobe Pegida, une centaine de personnes se sont rassemblées ce samedi devant la gare de Calais, malgré l'interdiction préfectorale de manifester. Un important dispositif de sécurité a été déployé autour de la gare et dans le centre-ville, et de nombreux contrôles d'identité ont été effecthés dans une ambiance assez tendue.

Selon La Voix du Nord , des échauffourées ont éclaté vers 13h30, après des appels des autorités pour demander la dispersion du rassemblement, puis des charges des gendarmes ainsi que des tirs de gaz lacrymogènes. Vers 15h, FTVinfo dénombrait une vingtaine d'interpellations de manifestants qui étaient menottés et emmenés dans un bus.

EN SAVOIR + >> Le général Piquemal, arrêté pendant la manif

Le général Christian Piquemal s'invite à la manifestation

"La petite fête aura belle et bien lieu" (sic), avait promis jeudi Loïc Perdriel, le président de la branche française de Pegida, après l'annonce de l'interdiction de la manifestation anti-migrants en centre-ville de Calais, en raison de risques de "troubles à l'ordre public". "On verra où sont les patriotes, qui sont les patriotes", avait ajouté dans une vidéo postée sur Facebook Jean-Philippe Jardin, co-organisateur de la manifestation et membre de Patriotes en colère.

Peu après, un invité de marque avait annoncé sa participation à la marche, scandalisé par son interdiction : le général de Corps d'Armée Christian Piquemal, qui a commandé la légion étrangère de 1994 à 1999 et a longtemps présidé l'Union nationale des parachutistes (UNP). "Nous maintenons notre participation, apolitique, qui se fera dans l'ordre, le calme et la discipline des 'vieilles troupes'", a-t-il déclaré dans un communiqué annonçant sa venue à Calais ce samedi. "Que fera le Préfet, va-t-il envoyer de la lacrymo sur un général en retraite, et pas n'importe lequel?" s'était aussitôt félicité Loïc Perdriel.

EN SAVOIR + >> Pegida : la manifestation anti-islam va être interdite à Calais

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques