Incendies : que se passe-t-il dans la tête d’un pyromane ?

DirectLCI
INTERVIEW – Un jeune homme de 19 ans, arrêté dans les Bouches-du-Rhône, a reconnu être à l’origine de 16 départs de feu au printemps. Car si une majorité des incendies sont le résultat d’imprudence, d’autres sont bel et bien dus à des actes volontaires. Décryptage du profil d’un pyromane avec deux psychiatres.

Près de 120 hectares de forêt sont partis en fumée. A l’origine, selon les premiers éléments de l’enquête, un jeune homme de 19 ans soupçonné d’avoir provoqué 16 incendies entre le 25 mai et le 24 juin 2017 dans les communes d’Istres et Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. Il a reconnu les faits et aurait agi avec un simple briquet d’après les informations de France Bleu. Qu’est-ce qui pousse les pyromanes à embraser les forêts ? Eléments de réponse avec Roland Coutanceau, psychiatre expert à Paris (cf. vidéo ci-dessus) et avec le Dr Julie Palix, chef de projet de recherche à l’Unité de recherche en psychiatrie et psychologie légale au Centre hospitalier universitaire vaudois, en Suisse (cf. interview ci-dessous).

LCI : Quel est le profil du pyromane ?

Dr Julie Palix : C’est souvent quelqu’un de bien intégré dans la société. Il est plutôt discret, sans histoire et n’aime pas se mettre en avant. On ne l’imagine généralement pas commettre un tel acte. Pour autant, ce n’est pas une personne qui agit sous le coup de l’impulsivité. Il prémédite ses actes : le lieu n’est pas choisi au hasard, ni la façon de procéder. En mettant le feu, il cherche à se sentir valorisé et peut en voir la portée dans les médias, qui en parlent à longueur de journée. C’est vrai que les pyromanes sont plus souvent des hommes, mais le constat est le même dans la criminalité en général. Cela s’explique par les différences psychologiques entre les deux sexes où l’homme est généralement plus offensif. De plus, la fascination du feu est un fait commun chez le jeune enfant et l’adolescent, elle n’est pas connue comme favorisant ce type de conduites déviantes à l’âge adulte.

LCI : Quelle est la différence avec un incendiaire ?

Dr Julie Palix : Le pyromane n’a pas de motif criminel ni d’intention particulière. Il prend plaisir à mettre le feu, à le contrôler. C’est un comportement déviant. L’incendiaire, en revanche, a un motif. Il agit par vengeance, pour dissimuler des preuves, pour arnaquer une assurance ou saboter quelque chose. Il allume un feu pour obtenir quelque chose en retour.

LCI : Est-ce que le pyromane peut s’arrêter de mettre le feu ?

Dr Julie Palix : Tant qu’il n’a pas été arrêté, c’est peu probable. Mais dès qu’il a été jugé, il est rare qu’il recommence. Comme ce n’est pas une pathologie ou un trouble mental, il n’y a pas de prise en charge particulière. Mais si le comportement déviant s’accompagne d’un trouble de la personnalité, psychiatrique ou cognitif, il est possible de prescrire un traitement.

Le Dr Julie Palix a écrit un article sur le sujet dans la revue médicale suisse. 

Plus d'articles

Sur le même sujet