INFO LCI - Propos homophobes d'un généraliste sur Facebook : l'Ordre des médecins porte plainte

INFO LCI - Propos homophobes d'un généraliste sur Facebook : l'Ordre des médecins porte plainte

INFO LCI - L'Ordre des médecins a décidé de porter plainte contre lui devant la chambre disciplinaire. Un médecin généraliste exerçant à Dijon et dont les propos jugés homophobes sur une page Facebook ont créé un tollé va voir son dossier transmis à un magistrat administratif.

Son témoignage sur la page Facebook "Les médecins ne sont pas des pigeons" a fait couler beaucoup d'encre. Un médecin généraliste de Dijon s'était fait remarquer, le 26 décembre dernier, par l'association LGBT "Amicale Jeunes Refuge" pour des propos jugés homophobes. Saisi, le conseil de l'Ordre des médecins de Côte d'Or s'est réuni en assemblée plénière lundi 9 janvier à son sujet. Ce mardi, il annonce à LCI qu'il "porte plainte" à l'encontre du généraliste.


Suite de la procédure ? Le dossier de ce médecin généraliste devrait à présent être transmis à la chambre disciplinaire de première instance de Bourgogne de l'Ordre. C'est ensuite un magistrat administratif qui aura le fin mot de l'histoire quant à la sanction disciplinaire à appliquer dans son cas. 

"Comportements féminins surjoués"

Par voie de communiqué, l'ordre des médecins de Côte d'Or a ensuite précisé : "Le conseil départemental a délibéré sur cette affaire après différents signalements émanant notamment du Conseil national de l'Ordre des médecins, de l'Amicale des jeunes du Refuge, de l'association LGBT, de la délégation Interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, concernant des propos tenus sur la page Facebook 'les médecins ne sont pas des pigeons' et sur le site 'remède.org'". Selon les membres du conseil, le généraliste aurait "contrevenu" à trois articles du code dans la santé publique au sujet du "respect de la personne".


Contacté dès les pemières heures de la polémique, le médecin mis en cause précisait à LCI ne pas vouloir répondre aux critiques, tout en regrettant que  "l'on déforme le sens des mots pour chercher de l'homophobie partout". Dans son post Facebook, il décrivait une consultation auprès d'un patient homosexuel, se permettant de détailler "les comportements féminins surjoués", selon lui, par certains. Et listait ainsi une "façon de parler avec intonations vers le haut", des "expressions faciales exagérées", ou encore une "main à 90° en marchant".

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques