Italie : une maire refuse de serrer la main à une étudiante noire

Italie : une maire refuse de serrer la main à une étudiante noire

DirectLCI
VIDEO – La maire de droite d’une petite commune d’Italie, près de Venise, a refusé de serrer la main d’une jeune étudiante noire, pendant les cérémonies du 4 novembre. Filmé, l'affront fait polémique.

4 novembre, journée de l’Unité nationale en Italie. A Portogruaro, une petite ville de la province de Venise, les festivités sont de mise. La maire Maria Teresa Senatore vient de déposer une gerbe de fleurs au pied du monument aux morts et s’apprête à serrer les mains de tous les citoyens qui patientent devant elle, sagement alignés. Tous les citoyens, sauf une. En passant devant une étudiante noire, la maire feint d’ignorer la main qui se tend timidement devant elle, et poursuit son chemin comme si de rien n’était.

La scène, filmée par le blogueur local Stefano Zanet pour Portogruaro.veneto.it , a été postée sur YouTube. Elle a très vite soulevé une vague d’indignation dans tout le pays. Sur les réseaux sociaux, les internautes déplorent une "réaction honteuse" ("reazione vergognosa") de la part de la maire Maria Teresa Senatore, à la tête d’une alliance entre Forza Italia, la Lista Civica et la Ligue du Nord - le parti xénophobe allié à Silvio Berlusconi.

Un simple oubli

Refusant dans un premier temps de s’excuser pour "un simple oubli", comme le relate la presse italienne, la maire a fini par ramasser péniblement les pots cassés. Le 7 novembre, trois jours après l’affront polémique, elle s’est rendue dans le lycée de Jenny, la jeune femme de 18 ans originaire du Nigéria, afin de montrer sa bonne volonté. "Excusez-moi, je ne me suis pas rendue compte que je ne l’avais pas saluée", a-t-elle annoncé. "J’ai salué toutes les personnes présentes. Si je ne l’ai pas fait, ce n’était pas intentionnel ou une histoire de race, comme on tente de le faire croire."

Contactée par metronews, Jenny n’a pas encore répondu à nos sollicitations. Mais sur sa page Facebook, elle a ainsi déclaré , peu après sa rencontre avec la maire : "Dans cette vidéo, on comprend beaucoup de choses. Je vois que la maire ne me tend pas la main, mais je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas assez tendu ma main vers elle, ou si tout simplement elle ne m’a pas vue. Mais cela me semble étrange, parce qu’elle continue de saluer les gens qui ont les mains dans les poches. Je ne sais pas pourquoi j’essaie de justifier cet acte. Peut-être parce que je suis convaincue que le racisme en 2015 ne devrait pas exister."

A LIRE AUSSI >> Italie : Roberto Calderoli, le racisme décomplexé 

Plus d'articles

Sur le même sujet