L’usage et la détention de cannabis ne seront bientôt plus sanctionnés que par une contravention

L’usage et la détention de cannabis ne seront bientôt plus sanctionnés que par une contravention

FUMETTE - Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a affirmé mercredi que la simple contravention pour détention et usage de cannabis serait mise en place dans trois à quatre mois.

La mesure était voulue par Emmanuel Macron, qui l’avait placée dans son programme électoral. Infliger une simple contravention aux détenteurs et fumeurs de cannabis, plutôt que le passage au tribunal et l’éventuelle peine de prison risquée actuellement. "Je pense que dans les trois-quatre mois qui viennent, nous aurons mis en place" cette mesure, a indiqué le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb chez nos confrères de RMC-BFM.


L’entourage du ministre a également précisé à l’AFP lancer "sans attendre" la réflexion et la concertation sur le sujet "pour une mise en œuvre d’ici la fin de l'année".

Un allègement du travail des policiers

Depuis une loi de 1970, l’usage et le trafic de cannabis est punie d’une peine d’un an de prison maximum et de 3 750 euros d’amende. Dans la pratique, la prison reste une condamnation exceptionnelle.


Le syndicat UNSA Police a réagi favorablement à l’annonce de Gérard Collomb. "Monsieur le ministre, en faisant l’application de cette revendication syndicale de longue date, répond à une demande forte de simplification et d’allègement du travail, sans sacrifier à l’efficacité", a commenté son secrétaire général Philippe Capon. "Les procédures habituelles concernant les usagers se révélaient jusqu’à présent trop lourdes au vu des sanctions pénales, et trop chronophages pour les services de police". Selon le syndicaliste, elles n’avaient "jamais démontré la moindre efficacité en matière de lutte contre les trafics".

En vidéo

Cannabis : fumer tôt favorise l'échec scolaire

D'après les chiffres de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 700 000 personnes consommaient quotidiennement du cannabis en 2014. 17 millions expliquaient en avoir déjà pris au cours de leur vie.

Plus d'articles

Sur le même sujet