La construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes reprendra en 2016

La construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes reprendra en 2016

ZAD – La préfecture de Loire-Atlantique a annoncé vendredi la reprise des travaux du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ceux-ci commenceront dès l'année prochaine, les appels d'offres ont déjà été lancés.

Stoppés depuis trois ans, les travaux de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes reprendront dès 2016. La préfecture de Loire-Atlantique a annoncé vendredi que l’État engageait la "reprise des travaux" du projet contesté d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, en suspens depuis l'automne 2012. La préfecture a déjà publié lundi au bulletin officiel des annonces des marchés publics, pour des travaux devant s'engager "à partir de 2016", précise le communiqué. "L’Etat a donc demandé aux maîtres d'ouvrage de la future plate-forme et de sa desserte routière de mettre en œuvre les démarches qui permettront de démarrer les travaux", a indiqué vendredi le préfet de Loire-Atlantique.

L'appel d'offres porte sur des "travaux de débroussaillage, de rétablissements d'accès et de clôtures de la desserte routière de l'aéroport du grand ouest", préalables à la réalisation de la route à 2 x 2 voies qui y conduira et sera reliée aux RN137 (Nantes-Rennes) et RN165 (Nantes-Lorient). Les entreprises ont jusqu'au 23 novembre pour répondre à cet appel public à la concurrence qui fixe à 24 mois le délai d'exécution du marché à compter de sa notification.

Un projet "conforme au droit" et d'utilité publique

Cette annonce fait suite au rejet par le Tribunal administratif de Nantes, le 17 juillet dernier, des recours déposés contre les arrêtés préfectoraux qui autorisaient le lancement des travaux, et de la confirmation par le Premier ministre Manuel Valls de la poursuite opérationnelle du projet d'aéroport, le 20 octobre dernier, rappelle le préfet Henri-Michel Comet. Le Premier ministre avait alors souligné la "parfaite conformité au droit" du projet d'aéroport, déclaré d'utilité publique en 2008.

Toutefois, l'Etat doit encore poursuivre le déroulement des procédures administratives, dont celles portant sur le campagnol amphibie, une espèce protégée, et sur l'évaluation environnementale du projet, dans le strict respect du droit national et communautaire. Le site reste également occupé par des zadistes , dont l'expulsion dépend de procédures judiciaires.

À LIRE AUSSI >> Les Verts demandent une "étude sérieuse" sur Nantes-Atlantique

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques