Laïcité : mobilisation pour Amine El Khatmi, un élu PS harcelé sur Twitter

Laïcité : mobilisation pour Amine El Khatmi, un élu PS harcelé sur Twitter

MENACES - Un élu socialiste d'Avignon est harcelé depuis plusieurs jours sur Twitter pour avoir pris position contre une femme qui s'en prenait, dans l'émission Des Paroles et des Actes, au philosophe Alain Finkelkraut. Il a notamment reçu le soutien de la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

Tout est parti d'un simple tweet, écrit pendant l'émission Des Paroles et des Actes, sur France 2. Le 21 janvier dernier, l'émission recevait une jeune enseignante de 26 ans, Wiam Berhouma, de confession musulmane, à l'occasion d'un débat sur "l'avenir" de la France. Durant de longues minutes, la jeune femme s'en prend au philosophe Alain Finkelkraut, présent sur le plateau, l'accusant d'entretenir l'islamophobie en France.

EN SAVOIR +
>> Vu de Twitter : les Twittos atterrés par l'intervention d'une prof musulmane dans DPDA

La sortie de l'enseignante fait réagir de nombreux internautes. Plusieurs commentateurs assurent que Wiam Berhouma est liée aux "Indigènes de la République", association politique controversée disant lutter contre le racisme et l'islamophobie. Ce qu'elle contestera plus tard dans une interview au Courrier de l'Atlas , malgré la confirmation de Marianne . Parmi ces observateurs outrés par l'attitude de la jeune femme figure Amine El Khatmi, élu socialiste à la mairie d'Avignon (Gard).

Ce simple tweet va déverser dans les jours qui suivent un torrent de haine contre le jeune adjoint, traité sur les réseaux sociaux "d'esclave", "de serpillière", de "beur de service" ou encore de "carpette" pas des utilisateurs mettant en relation sa prise de position et ses origines.

L'élu avignonnais est victime de menaces et de tentatives d'intimidation des milieux islamistes. Il doit porter plainte pour la divulgation de son adresse ainsi que de celle de sa mère. 

Les insultes ont pris une telle ampleur que, peu à peu, les soutiens s'organisent. Le préfet Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, lui apporte un soutien sans faille sous le hashtag #JeSoutiensAmineElKhatmi.

Le mouvement de soutien prend de l'ampleur. "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions", a martelé jeudi la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, elle-même mise en cause cette semaine pour n'avoir pas défendu assez promptement la laïcité lors d'une émission, dimanche, sur Canal + .

Au nom de la "laïcité" et de la défense des valeurs républicaines, l'élu a également reçu l'appui du député écologiste François de Rugy. A gauche, le soutien tardif a fini par prendre corps. Sur Twitter, où tout a démarré, le hashtag #JeSoutiensAmineElKhatmi est devenu viral. Les menaces, elles, demeurent.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques