Le boycott des produits israéliens rendu illégal

Le boycott des produits israéliens rendu illégal

BOYCOTT - L'association France Palestine Solidarité a organisé une quarantaine de manifestations partout en France ce samedi, pour tenter de dissuader les consommateurs d'acheter des produits fabriqués en Israël. Une action désormais prohibée par la loi.

Ils seront plusieurs centaines à manifester devant des supermarchés ce samedi 7 novembre. L'association France Palestine Solidarité a en effet organisé une quarantaine de manifestations partout en France, pour tenter de dissuader les consommateurs d'acheter des produits fabriqués en Israël. Une action désormais illégale et punissable par la loi.

"Nous sommes dans notre bon droit"

Le 20 octobre dernier, la Cour de Cassation a en effet décrété l'interdiction de l'appel au boycott d'un état tiers. Une décision qui fait de la France la première démocratie dans laquelle l’appel au boycott par un mouvement associatif pour critiquer la politique d’un autre pays est prohibé.

"On aura des procès intentés contre nos militants, mais nous sommes dans notre bon droit et on continuera dans le même temps à défendre la liberté d’expression", a expliqué Taoufiq Tahani, Président de France Palestine Solidarité , soutenu par Antoine Comte, avocat du mouvement international de boycott des produits israéliens. "La décision met la France dans le rang des pays les plus répressifs sur l’action que peuvent avoir les citoyens pour faire valoir leurs critiques à l’égard de la politique d’un état. C’est très dangereux de criminaliser les citoyens qui s’expriment".

Lutte contre la discrimination, ou limitation de la liberté d'expression ?

A l'inverse, pour Me Pascal Markowicz, membre du Conseil représentatif des institutions juives de France, la décision de la Cour de Cassation prouve que la France est "un des seuls pays à être aussi en pointe dans la lutte contre les discriminations". Dans un article daté du 27 octobre dernier, le journaliste Glenn Greenwald (connu pour son travail dans les révélations WikiLeaks) s'étonne dans The Intercept que le boycott des produits israéliens soit interdit dans le pays de Charlie hebdo et de la "liberté d'expression". "L'absurdité de la France, qui soutient la liberté d'expression, a été vivement soulignée par la décision de la plus haute juridiction de ce pays, qui représente une attaque directe contre les droits fondamentaux de liberté d'expression".

Le mois dernier, la Cour de Cassation a confirmé la condamnation par la cour d’appel de Colmar, d'une douzaine de militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) pour avoir "appelé au boycott des produits en provenance d'Israël". Pendant son action, BDS soutenait : "Acheter les produits importés d’Israël, c’est légitimer les crimes à Gaza, c’est approuver la politique menée par le gouvernement israélien".  Ces derniers ont été condamnés à 28.000 euros de dommages et intérêts et chacun, à une amende de 1000 euros avec sursis.

EN SAVOIR +
>> Regain de violence en Cisjordanie après la mort d'un bébé, deux victimes

>> Cisjordanie : un bébé palestinien brûlé vif dans une attaque de colon

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques