Le documentaire "Salafistes" sera bien interdit aux moins de 18 ans

Le documentaire "Salafistes" sera bien interdit aux moins de 18 ans

CENSURE - La ministre de la Culture Fleur Pellerin a rendu ce mercredi matin la décision concernant le documentaire "Salafistes" de François Margolin et Lemine Ould. Le film sera interdit aux moins de 18 ans, avec avertissement. Le visa est en cours de délivrance.

L'amputation de la main d'un voleur, les images non floutées des frères Kouachi tirant sur Ahmed Merabet boulevard Richard Lenoir après l'attaque contre Charlie Hebdo n'avaient plus leur place dans le documentaire. A la demande du ministère de la culture, celles-ci ont été retirées du film.

Mardi, François Margolin et Lemine Ould Salem ont "présenté une nouvelle version du film Salafistes à la commission de classification des œuvres du Centre national du cinéma (CNC) et demandé à nouveau un visa" pour ce documentaire, dont la sortie en salles est prévue ce mercredi. 

Une décision à la majorité

La commission de classification des films avait préconisé, dans un premier avis rendu la semaine dernière, une interdiction aux moins de 18 ans du film, accompagnée d'un avertissement. Ce mercredi, elle s'est, à nouveau et à une large majorité, "prononcée en faveur d'une interdiction aux moins de 18 ans, assortie d’un avertissement" fait savoir le ministère de la Culture dans un communiqué.

"Compte tenu du parti pris de diffuser sans commentaires des scènes et des discours d’une extrême violence, j'ai décidé de suivre l'avis de la commission. En tant que ministre de la Culture et de la Communication, mon rôle lors de la délivrance du visa d’exploitation de toute œuvre cinématographique est de respecter le travail de l’auteur qui est le seul responsable de son œuvre, tout en ayant à chaque fois à l’esprit la nécessaire protection de la jeunesse. Ce film sera donc interdit aux moins de 18 ans, avec avertissement. Le visa est en cours de délivrance" indique Fleur Pellerin dans un communiqué.

Projections perturbées

Coproduit par France 3 Cinéma, "Salafistes" est une plongée dans les milieux islamistes les plus radicaux tournée au Mali, en Mauritanie et en Tunisie, sans voix off ni commentaires. La parole des islamistes est brute, souvent choquante. Les deux réalisateurs ont également pris le parti d’insérer des extraits des vidéos de propagande du groupe Etat islamique (EI).

EN SAVOIR +
>> VIDEO – "Salafistes" : le documentaire qui fait peur va-t-il être interdit aux moins de 18 ans ?

Le film a vu ses projections perturbées la semaine dernière au Festival international des programmes audiovisuel (Fipa) de Biarritz . Jeudi, les organisateurs du festival avaient décidé de réserver la projection aux seuls professionnels accrédités, suscitant la colère de certains spectateurs. Vendredi, le film a été projeté mais en floutant la scène de l’exécution du policier et en interdisant l'accès aux moins de 18 ans.

France Télévisions, qui avait tenté de faire annuler la projection de vendredi à Biarritz, a décidé de ne pas diffuser le film sur ses antennes, qu'il soit interdit ou non aux moins de 18 ans, a-t-on appris dans Télérama .

"Les images produites par Daech sont de la propagande et nous ne les montrons pas à l'antenne. (...) nous pensons que ce sujet doit être traité différemment. Ici, il n'y a pas de recul, d'explication, de décryptage", a expliqué une source au sein du groupe à Télérama.

Dans une tribune publiée lundi par le journal Le Monde , le réalisateur de "Shoah" Claude Lanzmann a, lui, appelé la ministre de la Culture à "ne pas interdire la sortie du film", dénonçant une "inqualifiable conjuration pour interdire la sortie en salles de +Salafistes+".

Catégorie "apologie du terrorisme"

"C'est un préposé du ministère de l’Intérieur, sourd à tout argument, qui mène infatigablement cette sinistre offensive contre le film", affirme-t-il. "Sourd, aveugle et têtu, ce préposé du ministère de l'Intérieur range 'Salafistes' dans la catégorie 'apologie du terrorisme'".

La projection de "Salafistes" était prévue mercredi dans plusieurs salles parisiennes. Mercredi matin, le film n'apparaissait dans aucune salle, faute de décision de la commission. Au cinéma, un film interdit aux moins de 18 ans doit porter une mention claire de cette interdiction sur les bandes-annonces et affiches et dans les salles.

A la télévision, seules certaines chaînes accessibles par abonnement sont autorisées à diffuser les films interdits aux moins de 18 ans entre minuit et 5 heures du matin, indique le CSA, le régulateur de l'audiovisuel, sur son site.

A LIRE AUSSI >> Finalement le film Made in France sortira en VOD

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques