Le général Piquemal, arrêté à Calais, pasionaria du mouvement anti-migrants

Le général Piquemal, arrêté à Calais, pasionaria du mouvement anti-migrants

AU GNOUF - La manifestation à l'appel de Pediga a dérapé samedi à Calais. Parmi les personnes interpellées, le général Piquemal, ancien ponte de la Légion étrangère, qui sera jugé lundi avec quatre autres personnes en comparution immédiate au tribunal de Boulogne-sur-Mer. Eléments de portrait.

La manifestation a rapidement dégénéré. Alors qu'une centaine de manifestants s'étaient réunis à Calais à l'appel de l'organisation Pediga, un ancien général de la Légion étrangère, Christian Piquemal, a été interpellé par les forces de l'ordre qui avaient interdit le rassemblement. Cet homme de 75 ans passera lundi en comparution immédiate lundi au tribunal de Boulogne-sur-Mer, avec quatre hommes personnes. Désigné comme ayant eu "le rôle principal" dans cette manifestation interdite, lui sera poursuivi pour "participation à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation", les autres l'étant pour "port illégal d'armes".

Un ancien de la Légion 

Christian Piquemal avait annoncé son intention de participer à la manifestation en dépit de l'arrêté préfectoral l'interdisant, ce jeudi 4 février. Dans un communiqué publié sur le site Résistance républicaine, petit frère du webzine islamophobe Riposte laïque, il avait appelé, dans un style particulièrement enflammé, "tous les Patriotes et associations patriotiques à se joindre" au mouvement.

EN SAVOIR + >> Que risque le général Christian Piquemal ?

Mais le général Piquemal, avant d'être un militant anti-migrant, est d'abord une figure de l'armée française. Sorti de Supelec, il intègre d'abord le 9ème régiment de chasseurs parachutistes puis le 2ème régiment étranger de parachutistes avant de devenir Chef de corps du 3ème régiment étranger d'infanterie. 

Il prend du galon en 1994 lorsqu'il est nommé au commandement de la Légion étrangère. Un poste qu'il occupe jusqu'en 1999. Auprès de la revue catholique Item – qui accueille notamment les tribunes des intégristes catholiques de la Fraternité Saint-Pie-X –, il décrira la Légion comme "un petit laboratoire du monde, le sismographe des crises mondiales". 

Mobilisation immédiate sur internet

Dès l'annonce de son arrestation, la toile s'enflamme. Sur Twitter, le hashtag #JesuisPiquemal se répand rapidement, accompagné de messages de soutien qui dénoncent une "insulte" faite à l'institution militaire. 

Evidemment, les élus du Front national n'ont pas manqué de s'associer à la colère de certains internautes, à l'image de Gilbert Collard, député, ou de Stéphane Ravier, maire du 7ème arrondissement de Marseille, qui ont fait savoir leur indignation sur leurs comptes personnels. 

L'arrestation du général Piquemal a par ailleurs été filmée par nos confrères de Taranis News, présents pendant la manifestation. Sur la vidéo, on voit plusieurs policiers extraire l'ancien militaire (qui porte un blouson marron) d'un groupe de manifestants. 

EN SAVOIR + >> Heurts à Calais lors d'un rassemblement anti-migrants à l'appel de Pegida

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques