Loi Travail : 71% des Français n'en veulent pas, mais...

Loi Travail : 71% des Français n'en veulent pas, mais...

SONDAGE – Alors que l’avant-projet de la loi réformant le droit du travail arrive ce jeudi en Conseil des ministres, un sondage réalisé pour France info révèle que 7 Français sur 10 n’en veulent pas. Des mobilisations sont prévues aujourd’hui. Pourtant, comme le montre une séquence du Petit journal au Salon du livre, le Premier ministre entend bien passer en force.

C’est ce qui s’appelle un beau dialogue de sourds. Ou un passage en force. En tout cas, la réplique est sans doute à ranger au niveau du désormais culte "Casse-toi pov’ con".

Un échange savoureux a été filmé par Le Petit Journal de Canal+ ce week-end au Salon du livre, entre le Premier ministre Manuel Valls et une opposante à la loi Travail. Alors que le ministre se balade dans les allées, une promeneuse l’interpelle : "La loi El Khomri, on n'en veut pas hein !" Manuel Valls se retourne : "Qu'est-ce qu'il y a ?" La dame répète : "La loi El Khomri, on n'en veut pas !" Et Manuel Valls : "Et bah oui mais vous l'aurez !" Avant de tourner les talons, souriant, tranquille au milieu de ses vigiles.

EN SAVOIR + >> VIDEO - Un manifestant de 17 ans frappé par un policier


Une belle illustration du dialogue social sur le sujet, ou plutôt de la volonté de faire passer contre vents et marée ce texte qui vise à réformer le droit du travail. Car on ne peut pas dire que ce texte fédère. D’après un sondage Le Parisien- France Info  ce jeudi, 71% des Français restent opposés à la loi Travail, soit autant que le 5 mars dernier (70%), avant la réécriture du texte. "62% des Français estiment que le gouvernement a eu raison d’’effectuer ces changements, mais pensent qu’ils ne modifient pas fondamentalement l’esprit de la loi (62%)", décrypte Odoxa, institut de sondage . Pour eux (à 52%), le Medef reste l’unique "gagnant" de la loi El Khomri.

De quoi pimenter un peu l’avancée de ce texte, censé répondre au chômage record, qui est présenté ce jeudi en Conseil des ministres. Le texte comprend de nouveaux droits, dont le compte personnel d'activité (CPA), des moyens syndicaux accrus ou l'extension de la garantie jeunes. Il met également en place le référendum en entreprise, fait évoluer les règles de la représentativité patronale, du licenciement économique ou de la médecine du travail. Il réécrit intégralement la partie du code du travail relative au temps de travail, donnant plus de place à l'accord d'entreprise.

Face à la mobilisation des syndicats et des jeunes, certaines dispositions ont été retirées du texte, comme le plafonnement des indemnités prud'homales pour les licenciements abusifs, au grand dam du patronat. Mais sept syndicats réclament toujours le retrait pur et simple du texte. A Paris, une manifestation doit partir ce jeudi à 12h30 de Montparnasse jusqu'aux Invalides. D'autres manifestations sont prévues dans les villes étudiantes. Des appels à la grève et aux manifestations sont déjà lancés pour le 31 mars.

A LIRE AUSSI
>> Tout comprendre à la réforme du code du travail : faut-il s'attendre à des semaines de 60 heures ?

>> Tout comprendre à la réforme du Code du travail : le référendum en entreprise, utile ou déloyal ?

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques