Loi travail : FO, CGT... CFDT : les routiers embrayent et promettent des "actions puissantes"

Loi travail : FO, CGT... CFDT : les routiers embrayent et promettent des "actions puissantes"

TRANSPORTS - Les fédérations CGT et FO des transports ont appelé mercredi le secteur routier à une grève reconductible à partir du 25 septembre pour demander le retrait de la réforme du Code du travail. De son côté, la CFDT route a annoncé une action le 18 septembre. Les dépôts de carburants seront notamment visés.

Les dépôts de carburant et raffineries bloquées, la pénurie qui guette dans les stations-essence… Va-t-on revivre le scénario des grandes grèves orchestrées par les routiers ?  La fronde contre la loi Travail risque en tout cas de se durcir avec leur entrée dans la danse : au lendemain de la première journée de mobilisation contre les ordonnances Macron sur le code du travail, et avant celle du 23 septembre, les fédérations CGT et FO des transports ont appelé mercredi le secteur routier à une grève reconductible à partir du 25 septembre pour demander le retrait d'une réforme qui va selon eux accroître le "dumping" social entre les entreprises. 

En vidéo

Qui a manifesté contre la loi travail ce mardi 12 septembre ?

"Marcher dans la rue, c'est bien" mais ça ne fait "pas bouger les lignes"

"Bien évidemment" les dépôts de carburants seront une cible, "ce sera une grève qui aura des conséquences très concrètes sur l'économie française", a déclaré Jérôme Vérité, secrétaire général de la fédération CGT-Transports.


Son homologue à FO, Patrice Clos, a promis des "actions fortes et puissantes", comme en mai 2016. A l'approche de l'Euro de footb, les routiers avaient alors obtenu que le projet de loi travail du gouvernement Hollande ne modifie pas leur régime dérogatoire sur les heures supplémentaires. "Marcher dans la rue, c'est bien mais on a vu dans le passé que des millions de salariés ne font pas bouger les lignes, alors on essaie autre chose", a ajouté Patrice Clos, qui avait défilé mardi à Paris au côté du leader de la CGT Philippe Martinez. 


Voilà qui devrait compliquer les affaires du gouvernement. D'autant que les deux fédérations espèrent parvenir rapidement à un mouvement unitaire, qui s'élargisse ensuite à d'autres secteurs. "On commence avec les routiers", ont indiqué les deux représentants en souhaitant une "convergence des mobilisations". 

La CFDT s'y met

Force ouvrière et la CGT ne seront pas seules, puisque la CFDT Route sera elle aussi en action, mais le 18 septembre. Une action "d'information", a expliqué Laurent Berger sur LCI, en profitant pour demander aux entreprises d'assumer "leurs responsabilités" dans le cadre de l'application des ordonnances. Le secrétaire général du syndicat réformiste, qui a assez durement critiqué le contenu des ordonnances loi Travail, sans pour autant manifester le 12 septembre, a approuvé l'action de la fédération, sans toutefois annoncer d'éventuels blocages. 

En vidéo

Laurent Berger sur la journée d'action des routiers

Agacé qu'on lui demande si le mouvement avait pour objectif de perturber le pays, il a répliqué : "Arrêtez d'annoncer des choses avant qu'elles n'arrivent. La CFDT Routes n'a pas appelé au blocage du pays lundi. Il y aura des démarches près du Medef. [...] On veut faire comprendre aux salariés que demain, plus qu'aujourd'hui, ils auront besoin du syndicalisme".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme du code du travail

Plus d'articles

Sur le même sujet