Lycéen frappé par un policier : deux commissariats parisiens cibles de projectiles

Lycéen frappé par un policier : deux commissariats parisiens cibles de projectiles

VIOLENCES - Au lendemain des manifestations contre la loi Travail, deux commissariats parisiens ont été caillassés par des jeunes en colère après le coup de poing donné par un policier à un lycéen, dont la vidéo à fait grand bruit.

Les images de ce lycéen, maîtrisé par deux policiers et frappé au visage par un troisième, ont fait le tour des réseaux sociaux et des JT. En réaction ce vendredi 25 mars, les commissariats du Xe et du XIXe arrondissements de Paris ont été la cible de jets de pierres et de dégradations par des groupes de lycéens voulant dénoncer ces violences policières.

EN SAVOIR + >>  VIDEO - Loi Travail : un lycéen frappé par un policier, l'IGPN saisie

"Mort aux flics"

Ces quelques jeunes ont jeté des pierres contre le commissariat du XIXe et tenté de briser ses vitres blindées en se servant de planches en bois comme d'un bélier, alors que les policiers étaient retranchés à l'intérieur. Au bout d'une dizaine de minutes, les jeunes ont quitté les lieux, et une trentaine de policiers en tenue anti-émeute ont pris place devant le bâtiment, dont plusieurs vitres ont été fendillées, et sur la façade duquel a été tagué "Mort aux flics".

Le sol était jonché de débris et d'amas de barrières métalliques et de planches en bois. Le commissariat a fermé après ces incidents, a-t-on appris de source policière. Peu avant, un groupe de plusieurs dizaines de jeunes s'était rendu devant le commissariat central du Xe arrondissement parisien, brûlant des fumigènes, renversant des poubelles et des barrières et jetant des projectiles contre la façade du bâtiment.

Des lycéens "choqués" par la violence policière

Pourtant, cette journée de protestation avait commencé dans le calme. Une centaine de lycéens s'était réunie, dès 8 heures, devant le lycée Henri-Bergson, dans le XIXe arrondissement. Ils se sont dit "choqués" par l'image de leur camarade frappé la veille par un policier, alors que les jeunes tentaient de bloquer leur école pour contester la loi travail. "On était devant le lycée hier (jeudi, ndlr) matin et ça se passait plutôt bien quand des CRS sont arrivés vers 09h30", a raconté Gregor, 16 ans, élève en première et manifestant contre le projet de loi travail. "La semaine dernière c'était plus chaud, les poubelles brûlaient... Là, comme dans tous les blocus, les gens lançaient des oeufs mais ce n'était pas de la provocation", a relativisé le jeune homme.

"Je suis choqué", a de son côté assuré Brelotte, 15 ans, un camarade du jeune homme blessé. Pour lui, "le coup de poing que le policier lui donne, c'est trop... Il était au sol et maîtrisé, à quoi ça sert ?" Le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire, confiée à l'IGPN, la "police des polices", après la diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo montrant le policier frappant le jeune.

A LIRE AUSSI
>>  Loi Travail : les manifestations dégénèrent, interpellations et voitures incendiées
>> 
Contre la loi Travail, des dizaines de lycées bloqués, ça chauffe dans les manifs
>> 
43.000 personnes contre la loi Travail : mais au fait, que prévoit-elle ?

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques