Mariage pour tous : qu'en pense vraiment Sarkozy ?

Mariage pour tous : qu'en pense vraiment Sarkozy ?

UMP - Même s'il n'est pas l'auteur de l'expression "fascisme en loden" au sujet des opposants au mariage pour tous, Nicolas Sarkozy n'a jamais éclairci sa position sur ce sujet. Dans la perspective d'un retour annoncé, le député UMP Hervé Mariton l'appelle dans metronews à lever "les ambiguïtés".

"Fascisme en loden". Bien que catégoriquement démentie par son entourage, l'expression attribuée à tort jeudi par le Nouvel Obs à Nicolas Sarkozy au sujet de l'opposition tenace au mariage pour tous , pose une question légitime : alors que l'ancien chef de l'Etat prépare son retour dans l'arène politique, que ferait-il de la loi Taubira en cas de reconquête de l'Elysée en 2017 ?

Pour l'heure, pas de réponse tranchée. Contacté par metronews, son entourage confirme seulement l'information selon laquelle l'ex-chef de l'Etat a déjeuné la semaine dernière avec des jeunes du mouvement "Sens commun", proche de l’UMP et qui comporte des personnalités issues de la "Manif pour tous" (LMPT). "Il leur a rappelé que ces sujets étaient fondamentaux et que la droite doit s'en emparer", reconnaît-on. Mais sans en dire davantage sur sa position à lui... Ce qui ne manque pas de soulever des interrogations du côté de LMPT, mais également de l'UMP.

"Je n'ai pas la même définition de la famille"

Visiteur régulier de l'ancien Président, le député UMP Hervé Mariton rend compte de ce flou artistique, d'autant que Nicolas Sarkozy ne s'était jamais publiquement exprimé au moment de la fronde contre la loi Taubira. "Ses positions sur ce sujet sont très incertaines, nous explique-t-il. L'an dernier, il m'avait félicité pour mon combat à l'Assemblée contre le mariage pour tous." Et d'enchaîner : "Il m'avait dit : 'C'était super, la famille c'est important... mais je n'en ai pas la même définition que toi', ce qui autorise toutes les incertitudes et les ambiguïtés !" "Quand je l'ai vu la semaine dernière encore, poursuit le député, sa position était toujours aussi incertaine".

Dans ces conditions, Hervé Mariton appelle l'ancien chef de l'Etat à lever tout simplement les doutes, en prenant publiquement position sur ce thème qui reste brûlant à droite. Lui qui brigue la présidence de l'UMP, admet que s'il était élu et que Nicolas Sarkozy était candidat du parti en 2017 en ne remettant pas en cause la loi Taubira, la question de le soutenir "serait un cas de conscience".

Mais il n'est pas seul, dans un parti où les vues sur la loi Taubira sont loin de converger. Laurent Wauquiez, par exemple, qui a fait allégeance cette semaine à Nicolas Sarkozy, a déjà promis que si la droite revenait un jour au pouvoir, elle abrogerait la loi Taubira. François Fillon, lui, voudrait revenir sur l'adoption par les couples homosexuels, mais pas sur leur droit au mariage. Quant à Bruno Le Maire, autre candidat à la présidence de l'UMP, il s'était abstenu à l'Assemblée lors du vote, le 23 avril dernier. Si elle a lieu, la saison 2 du débat sur le mariage pour tous se déroulera bien à l'UMP.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques