Marlène Schiappa veut proposer aux jeunes parents de transformer leur expérience en diplôme

Marlène Schiappa veut proposer aux jeunes parents de transformer leur expérience en diplôme

PROPOSITION - La secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes a annoncé ce jeudi lors d'une audition à l'Assemblée nationale travailler à la création d'un dispositif de validation des acquis de l'expérience des jeunes parents. A l'issue de ce "parcours diplômant", ils pourraient se voir délivrer un CAP petite enfance.

"C'est un sujet qui me tient à cœur." Durant une audition à l'Assemblée Nationale jeudi, Marlène Schiappa a évoqué l'insertion professionnelle des jeunes parents et notamment des mères. Elle a notamment annoncé une "forte innovation": la création d'un dispositif de validation des acquis de l'expérience des jeunes parents" en lien avec le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. 


La secrétaire d'Etat dit être partie du constat qu'un certain nombre de femmes qui viennent des banlieues ou de zones rurales et qui ont eu des enfants relativement jeunes arrivent ensuite sur le marché du travail sans diplôme ou qualification professionnelle. "Elles se retrouvent avec un CV qui est une page blanche [...] et, comme seul argument en entretien d'embauche, de dire : 'J'ai élevé mes enfants'". 

"Nous allons voir si nous pouvons transformer cette expérience - de jeunes parents - en CAP petite enfance, en diplôme d'Etat ou en brevet des aides éducatrices de jeunes enfants", a ajouté Marlène Schiappa. Contacté par LCI, l'entourage de Marlène Schiappa précise qu'il s'agira d'un "parcours diplômant avec formation et examen" adressé aux jeunes parents en fin de congé parental et sans diplôme. 

Quid des hommes ?

Selon l'entourage de la ministre, le but est avant tout d'"accompagner les mères précaires non diplômées, non qualifiées et qui actuellement passent du congé parental au chômage de longue durée ou à la précarité". Et de préciser qu'il s'agit d'une "mesure parmi d'autres comme les actions sur l'égalité professionnelle, la mixité des métiers, etc." Nous agissons aussi avec la CNAF et travaillons à des dispositifs permettant d'inciter les pères à prendre un congé parental.


Et qu'en est-il des hommes ? S'ils ne sont que 3 à 4% à prendre un congé parental, ils pourront également bénéficier de ce dispositif, nous précise-t-on. D'ailleurs, le cabinet de la secrétaire d'Etat affirme "travailler à des dispositifs afin d'inciter les pères à prendre un congé parental".

Une annonce contestée

Mais cette annonce ne fait pas l'unanimité. Dans une tribune publiée dans L'Obs, Julie Marty-Pichon, la coprésidente de la Fédération nationale des éducateurs de jeunes enfants (FNEJE), a fait part de son "indignation quant à cette annonce qui vient démontrer l'ignorance des enjeux de l'accompagnement des jeunes enfants et de leurs familles dans notre société". "Il ne suffit pas d’avoir eu des enfants pour accompagner ceux des autres", écrit-elle encore.


Sur Twitter, certains internautes se sont eux aussi montrés très critiques à l'encontre de cette annonce. Non sans une pointe d'ironie. C'est le cas de Maryline Baumard, journaliste au Monde, qui écrit  : "Les mères qui font faire les devoirs deviendront instits, celles qui s'en sortent avec les ados seront psy et toutes auront leur CAP cuisine". "Et plutôt que d'offrir une formation au choix, les jeunes mères en feront leur métier... Etrange", s'interroge de son côté Julien Bayou, porte-parole d'EELV.

En vidéo

Marlène Schiappa dément les coupes budgétaires

Retrouvez tous nos sujets sur les droits des femmes sur notre page spéciale

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques