MESURES D'URGENCE - Circulation, sécurité : les conséquences des attentats de Bruxelles en France

MESURES D'URGENCE - Circulation, sécurité : les conséquences des attentats de Bruxelles en France

SECURITE - Après les explosions qui ont touché Bruxelles, François Hollande réunissait depuis 10 heures une cellule de crise à l'Elysée. La sécurité a été renforcée dans les aéroports et les gares.

La Belgique en état d'urgence, la France en alerte maximum. Après les explosions qui ont touché l'aéroport et le métro de Bruxelles mardi matin, faisant plus de vingt morts selon le dernier bilan, François Hollande a réuni en urgence, à partir de 10 heures, une cellule de crise à l'Elysée en présence de Manuel Valls, Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Jean-Yves Le Drian (Défense). 

Selon des sources policières, une réunion était par ailleurs en cours au ministère de l'Intérieur sur la sécurité aux frontières.

EN SAVOIR +
>>  RECAP - Ce qu'on sait des suspects >>  Tout savoir sur les attentats de Bruxelles en quelques minutes 


 Sécurité fortement renforcée dans les transports
Contactée par metronews, la préfecture de police de Paris a indiqué que le dispositif de sécurité avait été renforcé dans "les gares, les transports en commun et les aéroports". Concrètement, cela signifie que toutes les patrouilles de police sont mobilisées et attentives au sein de ces sites jugés à risque. Au total, 1.600 policiers et gendarmes ont été déployés mardi matin aux frontières et dans les aéroports et les gares.

Selon  Le Parisien , 40 policiers supplémentaires ont notamment été déployés à Roissy, en renfort des militaires présents sur place, et quatre patrouilles supplémentaires ont été envoyées à Orly. La sécurité a également été renforcée à l'aéroport de Toulouse. Les accès aux zones publiques des transports sont réservés aux personnes munies de billets ou d'une carte d'identité, a précisé mardi matin Bernard Cazeneuve. Les mesures de contrôle sont également renforcées.

LIVE >>  Attentats de Bruxelles : suivez les dernières informations en direct

 Fausse alerte dans les gares, trafic Thalys et Eurostar interompus
En revanche, les colis suspects signalés en gare du Nord et en gare de Lyon ce mardi matin à Paris se sont révélés être de fausses alertes. "Ce sont des colis suspects comme il y en a de nombreux chaque jour. Encore plus dans le contexte, vu les événements à Bruxelles", précise à metronews une source policière. En revanche, le trafic de Thalys a été interrompu entre Paris et Bruxelles, dans les deux sens. Même décision prise pour la liaison Paris-Bruxelles de l'Eurostar.


 Numéro d'urgence au quai d'Orsay
Le ministère des Affaires étrangères français a en outre conseillé mardi de "limiter les déplacements" dans la capitale belge. Le quai d'Orsay a ouvert une cellule de crise, joignable au 01.45.55.80.00.

 Surveillance renforcée aux frontières

A l'issue de la réunion de crise, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué que "depuis le 13 novembre, 5.000 policiers et gendarmes sont mobilisés aux frontières françaises, notamment celles du Nord". Au total, 10.000 individus ont été empêchés d'entrer sur le territoire français, selon le ministre. Mardi matin, les effectifs aux frontières ont été encore renforcés.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques