Migrants, attentats : Amnesty International tacle la France et l'Europe

Migrants, attentats : Amnesty International tacle la France et l'Europe

DROITS DE L'HOMME – Dans son rapport annuel publié mercredi 24 février, l'organisation étrille les pays d'Europe. Principaux reproches : avoir restreint les libertés individuelles et fui leur responsabilité dans la crise migratoire.

Une attitude "honteuse", des comportements "liberticides", des gouvernements qui se sont "fourvoyés". Non, le dernier rapport d'Amnesty International ne tance pas les dictatures et autres républiques bananières de la planète, mais bien l'Europe et tout particulièrement la France.

Crise migratoire : seule l'Allemagne...

Le Vieux continent et le pays des droits de l'Homme sont accusés d'avoir renoncé à leurs valeurs humanistes et au contraire multiplié les abus, vis-à-vis des migrants comme de leurs propres citoyens. "Plus de 70 années de travail acharné et de progrès humains sont en danger", estime ainsi Salil Shetti, le secrétaire général de l'organisation.

EN SAVOIR + >> De plus en plus de pays relance les contrôles aux frontières

C'est d'abord la gestion de la crise des migrants, dans laquelle nombre de pays européens ont mis autant de barrières que possible pour empêcher ces derniers d'entrer, qui est la cible de l'ire de l'association. "L'UE, qui compte plus de 500 millions d'habitants et qui constitue l'ensemble politique le plus riche de la planète, s'est singulièrement montrée incapable d'apporter une réponse cohérente", insiste Amnesty dans son rapport.

Selon l'organisation, seule l'Allemagne est exempte de reproches, ayant "fait preuve d'une volonté politique à la mesure de l'importance du problème." Et tant pis si, après la vague d'agressions sexuelles du 31 décembre de Cologne, l'Allemagne a considérablement resserré les boulons sur sa politique d'accueil migratoire. Le 9 janvier, la chancelière Merkel avait en effet annoncé que tout réfugié coupable d'un délit serait expulsé immédiatement dans son pays.

EN SAVOIR +
>>
Agressions sexuelles à Cologne : l'Allemagne resserre les boulons
>> Agressions sexuelles à Cologne : une petite minorité de migrants

"Les gouvernements ont étouffé la société civile"

L'organisation critique également la réponse aux attentats qui ont frappé Paris en janvier et novembre dernier, non seulement en France mais aussi ailleurs en Europe. "Ces attaques ont donné une nouvelle impulsion (…) à toute une série de mesures représentant une menace pour les droits humains". C'est bien évidemment l'état d'urgence décrété dans tout l'Hexagone qui est dans le viseur d'Amnesty International. En l'espace de quelques semaines, 2 700 perquisitions ont été menées sans autorisation judiciaire, mais n'ont abouti qu'à deux ouvertures d'informations judiciaires en lien avec des actes terroristes.

EN SAVOIR + >> Quand des policiers eux-mêmes relativisent l'état d'urgence

Les dérives ne se limitent toutefois pas qu'à la France : "De nombreux gouvernements se sont fourvoyés dans leur réponse aux menaces sécuritaires (…). Ils ont étouffé la société civile, s'en sont pris au droit au respect de la vie privée et au droit à liberté d'expression en les présentant comme contraires à la sécurité nationale, à l'ordre public et aux 'valeurs nationales'".

EN SAVOIR +
>>
L'état d'urgence prolongé jusqu'au 26 mai
>> Des milliers de Français se lèvent contre l'état d'urgence et la déchéance de nationalité

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques