Moi, Facebook et mes parents

Moi, Facebook et mes parents

RÉSEAUX SOCIAUX - Agés de 15 à 17 ans, les réseaux sociaux font partie de leur vie, comme les personnages du film "Men, Women & Children", au cinéma ce mercredi. Metronews leur a fait visionner ce film, pour les questionner sur leur propre rapport à ce phénomène, et à celui de leurs parents.

Marie, Frederik, Jean, Nathan et Emmanuel n'ont qu'une envie : faire leur vie sur Facebook, tout en rassurant leurs parents. "Ils m'ont aidée au début, notamment en me disant de ne pas accepter pour amis des gens que je connaissais pas, ne pas leur donner rendez-vous", explique Marie. "Maintenant, ils ont compris que je sais m'en servir, ils n'ont plus aucune crainte et me laissent faire", ajoute-t-elle.

EN SAVOIR +
>> Vous pourrez toujours utiliser votre contenu Facebook malgré la mise à jour des contenus

Les parents : amis ou pas amis ?

"Mon père avait posé comme condition que je sois ami avec lui sur Facebook, raconte Nathan. Mais quand j'ai estimé que j'étais autonome, je l'ai supprimé de mes amis, ce qui ne lui a pas plu. Mais il me fait confiance." Confiance entre parents et enfants à laquelle croit Frederik, pour au final "être plus sociable dans la vie, notamment via les réseaux sociaux."

Marie, qui est amie avec ses parents sur Facebook, fait le choix de ce qu'elle leur rend visible sur le réseau social. "Ils sont plus embêtés par Instagram car il ne s'agit que de photos." Selon Emmanuel, les parents qui contrôlent peuvent "conduire les enfants à éclater et à faire des choses interdites."

EN SAVOIR + >> Quelle messagerie est la plus sécurisée ?

L'empreinte numérique, source d'inquiétude

Jean souligne que ses parents, qui, selon lui, ne connaissent ni Twitter ni Snapchat, s'inquiètent plus pour ses sœurs que pour lui. "Parce que je suis un garçon, il ne peut rien m'arriver de spécial, c'est moins dangereux que pour les filles." Marie se souvient ainsi de la réticence de ses parents à ce qu'elle mette son visage sur Facebook. "Le jour où j'ai décidé de le faire, c'est devenu compliqué. Je les ai convaincus en leur montrant comment je faisais pour que les gens ne connaissent pas mon nom."

"Mes parents ne sont jamais allés voir, mais je pense que si ils y allaient, je me ferais massacrer", sourit Jean, faisant référence à des photos et vidéos en soirées, notamment en rapport avec des challenges sur Facebook.

EN SAVOIR + >> 15 astuces pour protéger sa vie privée sur Facebook

La vie sans réseaux sociaux

Alors que les réseaux sociaux font partie de leur vie, étonnamment, nos jeunes semblent bien raisonnables et s'imaginent facilement sans. "On serait moins addicts et il y aurait moins de cyber-violence", explique Nathan, qui il est vrai est à l'origine de Respect Zone , une association militant pour le respect sur internet (respect-zone). Et de pointer par ailleurs que "pour certains il est plus facile de communiquer par les réseaux sociaux que dans la vraie vie… "

Pierre pense justement que "moins de réseaux sociaux permettrait de plus se voir dans la vie", préoccupé par les hackers et les faux profils. Et Thomas d'y voir même "un risque pour les personnes seules, qui peuvent se sentir perdues." Frederik parle lui du "choc" que provoquerait le fait "de ne plus pouvoir communiquer à distance, de s'évader du quotidien." Marie estime qu'il "serait idiot de supprimer les réseaux sociaux, ça fait partie de notre quotidien. Mieux vaut contrôler qu'interdire."

EN SAVOIR + >> Soyez alerté si quelqu'un se connecte sur votre messagerie privée

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques