Nuit Debout : les expulsions de la place de la République sont illégales

Nuit Debout : les expulsions de la place de la République sont illégales

OCCUPY REPUBLIQUE - Depuis jeudi 31 mars, plusieurs centaines de personnes occupent la place de la République pour manifester contre la Loi Travail, avant d'être expulsées au petit matin. Des expulsions qui sont illégales.

La place de la République peut-elle être occupée trois jours durant ? Suite aux manifestations contre la Loi Travail, auxquelles ont participé entre 400.000 et un million de personnes le 31 mars, plusieurs associations ont décidé d'organiser une "Nuit debout" place de la République. Le principe : occuper, trois jours et quatre nuits durant, la célèbre esplanade parisienne. Alors que des centaines de personnes s'étaient réunies, la police les a délogées au petit matin du vendredi 1er avril et samedi 2 avril, arguant de l'illégalité de la manifestation. 

EN SAVOIR + >>  Loi Travail : des manifestants ont passé la "#NuitDebout" dans 22 villes

Une demande dûment déposée en préfecture

Membre du collectif Nuit Debout, Johana Silva s'étonne de ces expulsions. "Avec le DAL et d'autres associations, nous avons déposé une demande d'occupation", explique la militante. Selon elle, la préfecture n'a donné aucune réponse à cette demande, laissant penser qu'elle avait été acceptée.

Du côté des forces de police, la situation est plus confuse. Si l'on confirme que la demande d'occupation a bien été reçue, on précise qu'elle ne concerne que trois demandeurs: l'association Droit Au Logement (DAL), ATTAC et Sud PTT. Une source policière nous assure par ailleurs que les expulsions ne concernent pas ces trois entités, mais seulement les autres groupes qui ne figureraient pas sur la demande d'autorisation. Les sympathisants de Nuit Debout seraient donc les seuls à pouvoir être évacués par les CRS.

Le document qui autorise la manif

Sauf que ces informations sont fausses. Selon un document consulté par metronews, la demande a bien été effectuée par le DAL, ATTAC et Sud PTT, mais comporte aussi les signatures... du collectif Nuit Debout. Même si elles ne visaient que les membres de Nuit Debout, ces expulsions seraient donc sans fondement. Une information attestée par Jean-Baptiste Eyraud, du DAL, qui confirme que cette occupation est légale, et "dénonce cette intervention de police contre des manifestants pacifiques". 

Mais un autre document que s'est procuré metronews prouve que la préfecture était parfaitement au courant de l'organisation de cette manifestation nocturne. En effet, la demande d'autorisation a été suivie d'un accusé de réception des autorités, qui acte donc la légalité de l'initiative. Et l'illégalité des expulsions pratiquées vendredi samedi au petit matin.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques