"L'eau n'est plus potable" : face au risque d'épidémie à Saint-Martin, les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme

SANTÉ - L'agence régionale de santé demande aux populations frappées par l'ouragan Irma de se protéger des "risques sanitaires". Les autorités s'inquiètent notamment de possibles épidémies à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

"L’eau n’est plus potable". L'agence régionale de santé détaille dans un document ses recommandations auprès des habitants de Saint-Martin et Saint-Barthélémy afin d'éviter les risques sanitaires. Sur une affiche qu'elle souhaite diffuser le plus largement possible, elle met en garde les sinistrés de l'ouragan Irma. "L’eau n’est plus potable. Seule l’eau en bouteille est propre à la consommation. Si vous n’en disposez pas, faites la bien bouillir avant utilisation ou consommation à des fins alimentaires ou corporelles", prévient l'ARS. 

L'agence encourage également les habitants des îles du nord des Antilles à se laver fréquemment les mains et à bien laver les aliments. Elle conseille également de laver à l'eau et au savon les plaies ou simples égratignures avant de les désinfecter avec une solution antiseptique. 


"Portez des vêtements longs et couvrants pour éviter les blessures et les piqûres de moustiques", recommande en outre l'agence de santé publique. "Si vous n’êtes pas à jour de vos vaccinations, consultez un professionnel de santé", ajoute l'ARS. 

L'inquiétude de la ministre de la Santé

Les autorités sanitaires craignent notamment la propagation des épidémies après le passage de l'ouragan Irma qui a laissé les populations de Saint-Martin et Saint-Barthélémy dans un grand dénuement


Après avoir écarté tout risque d'épidémie, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est finalement déclarée "inquiète" lors d'une rencontre avec les personnels de l'hôpital de Marigot, chef-lieu de Saint-Martin, mardi 12 septembre, rapporte Le Parisien. La question de l'eau potable préoccupe tout particulièrement la ministre : "J'ai vu des enfants malades dans le quartier d'Orléans, qui vomissaient depuis trois jours. Il faut absolument communiquer sur cette question de la potabilité. Je pensais que ce point était réglé". Interrogée par le quotidien sur les risques d'épidémies, "je suis inquiète quand je vois l'état de l'île", a admis Agnès Buzyn.

En vidéo

Ouragan Irma : près de 300 personnes sinistrées ont regagné la métropole depuis la Guadeloupe

Suivez la situation après Irma dans les territoires touchés sur notre page spéciale.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ouragan Irma : les Antilles pansent leurs plaies

Plus d'articles

Sur le même sujet