Paris : la fin des voitures à essence à partir de 2030 annoncée par Anne Hidalgo

Paris : la fin des voitures à essence à partir de 2030 annoncée par Anne Hidalgo

ÉCOLOGIE - L'objectif de la mairie de Paris n'est pas simple. Elle a annoncé jeudi ne plus souhaiter de voitures à essence à partir de 2030 dans la capitale. Sans pour autant les interdire. Une volonté qui s'inscrit dans l'engagement pris en marge de la COP 21.

Provoquer la disparition des voitures à essence d'ici 2030 et celle du diesel d'ici 2024, telle est la volonté de la mairie de Paris. L'objectif, annoncé en comité de pilotage du plan climat ce jeudi, s'inscrit dans l'engagement pris en marge de la COP 21, à savoir faire de Paris une ville neutre en carbone et capable de faire 100% d'énergies renouvelables d'ici 2050. Sur son compte Twitter, Anne Hidalgo a précisé qu'il ne s'agissait en aucun cas d'une interdiction des véhicules thermiques. "Pour atteindre l'objectif d'une fin des moteurs thermiques en 2030, la Ville a décidé d'investir dans le développement des alternatives et dans le renforcement des aides financières qui permettent aux particuliers et aux professionnels d'acheter des véhicules propres".

Une démarche confirmée et justifiée par l'adjoint au maire écologiste, Christophe Nadjovski, ce jeudi matin sur France Info : "C’est une stratégie qui vise à définir une ville neutre en carbone à moyen et à long terme. Dans ce cadre-là, il s’agit de planifier  la fin de l’utilisation des énergies fossiles à un horizon de 2030. Donc il ne s’agit pas de la voiture mais plutôt d’une transition énergétique (...) Le secteur des transports, c’est l’un des principaux secteurs émissif en termes de gaz à effet de serre. Dans le cadre de l’élaboration du plan climat,  nous avons prévu la sortie de ces véhicules thermiques".


La capitale devancerait ainsi le gouvernement qui a annoncé la fin des ventes des véhicules essence et diesel pour 2040. "Si l'on veut qu'il soit atteint, cela implique que la sortie du diesel et de l'essence intervienne plusieurs années avant en zone urbaine, et en particulier dans les grandes villes", a précisé la mairie à l'AFP.

Plus de 60 % des Parisiens n'ont pas de voiture

D’après nos confrères de France Info, qui ont révèlé l’information, cela fait déjà plusieurs mois que la discussion est entamée. Pour le cabinet de la maire, cette mesure ne serait pas difficile à mettre en place, puisqu'aujourd'hui, plus de 60 % des Parisiens ne possèdent pas de voiture. "Les transports en commun se développent rapidement, y compris en grande courrone où ils faisaient défaut, grâce aux chantiers du Grand Paris Express, ajoute la maire dans le communiqué publié sur Twitter. De nombreuses voies cyclables sont également aménagées, qui font progresser l'usage du vélo."


Toujours selon les informations de nos confrères, les mairies d'arrondissement discuteront de cette mesure et du plan climat, en général, les 5 et 6 novembre prochains avant que le Conseil de Paris n’en débatte en séance, aux alentours du 20 novembre.

En vidéo

Voies sur berge : un premier bilan mitigé pour la pollution

"Un jour le périphérique parisien ne sera plus une autoroute"

Début octobre, dans les colonnes du Parisien, Anne Hidalgo a rappelé son objectif  de"se passer d'une voiture personnelle" et en a profité pour évoquer l'avenir du périphérique : "Un jour, dans très longtemps, le périphérique parisien ne sera plus une autoroute. Comme à Séoul, où un axe à grande circulation est devenu un parc avec au milieu une rivière."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les berges de Seine sans voiture : la polémique à Paris

Plus d'articles

Sur le même sujet