PHOTOS - Agriculteurs en colère : des incidents à Quimper

PHOTOS - Agriculteurs en colère : des incidents à Quimper

OUEST - Des agriculteurs en colère maintenaient jeudi matin six barrages sur de grands axes routiers de l'Ouest, a annoncé le Centre régional d'information et de coordination routières (CRICR). Un blocage qui intervient après une nuit houleuse.

Confrontés à la crise que traversent leurs exploitations, les agriculteurs se montrent inflexibles. Six barrages sur de grands axes routiers de l'Ouest sont maintenus ce jeudi matin, après une nuit houleuse, marquées par des heurts avec les forces de l’ordre.

En Bretagne, trois barrages routiers, installés mercredi, restaient en place dans le département d'Ille-et-Vilaine à Bréal-sous-Montfort (RN 24), à Etrelles (RN 157) et à Saint-Étienne-en-Coglès sur l'A 84, empêchant la circulation dans les deux sens. Des déviations locales ont été mises en place. Dans le Morbihan, la N165 était également coupée dans les deux sens à Arzal. Par ailleurs, la RN 12 entre Rennes et Brest restait également coupée en plusieurs points, notamment dans les Côtes d'Armor, en raison de travaux de remise en état de la chaussée suite aux blocages de mercredi, a précisé le CRICR.

Tirs de grenades lacrymogènes

Ces blocages succèdent à une nuit houleuse dans le Finistère : des incidents sporadiques ont en effet opposé quelque 150 agriculteurs aux forces de l'ordre, aux abords de la préfecture de Quimper. Les manifestants, jeunes pour la plupart, ont allumé des feux à l'aide de bottes de paille et de poubelles, et lancé des fusées détonantes en direction des forces de l'ordre. Tandis que des pompiers tentaient d'éteindre les feux à l'aide de leurs lances, les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes pour maintenir les manifestants à distance de la préfecture. Ils ont ensuite chargé les manifestants pour les repousser hors de la place où ils s'étaient regroupés.

À LIRE AUSSI >> Prix de la viande : qui gagne quoi ?

Ces incidents ont éclaté après que des agriculteurs venus à bord de plusieurs dizaines de tracteurs eurent déversé des monceaux de déchets et de pneus et allumé des feux aux abords de la préfecture.
Ils sont intervenus à l'issue d'une journée de mobilisation des éleveurs de tout l'ouest de la France, qui ont organisé un "mercredi noir" marqué par une quarantaine de barrages routiers sur tous les grands axes de Bretagne, de Normandie et des Pays de la Loire.

Parmi leurs revendications, les manifestants exigent des mesures contre la baisse des cours, les prix trop faibles ne leur permettant pas de dégager des revenus suffisants pour vivre de leur profession.

A LIRE AUSSI >>  Manuel Valls promet de nouvelles aides aux agriculteurs

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques