Bac 2017 : plutôt que de rendre copie blanche en histoire-géo, il écrit… sur les homosexuels en Tchétchénie

Bac 2017 : plutôt que de rendre copie blanche en histoire-géo, il écrit… sur les homosexuels en Tchétchénie

DirectLCI
AUDACE – Lycéen en bac L à Laval, ce candidat n’avait révisé aucun des sujets qui sont tombés lors de l’épreuve d’histoire-géographie. Alors il a improvisé, créant ensuite un buzz qu’il n’avait pas prévu.

On ne peut pas toujours tout anticiper. Faustin, élève de terminale L au lycée Douanier-Rousseau de Laval (Mayenne), l’a appris samedi matin, durant l’épreuve d’histoire-géographie du bac, à ses dépens puis, d’une certaine manière, à son profit. Le jeune homme croyait dur comme fer à la théorie de l’alternance des dominantes d’année en année. Comme c’était l’histoire en 2016, il avait révisé à fond la géographie. Il a donc sérieusement déchanté en découvrant les deux sujets d’histoire proposés : "Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre Mondiale à nos jours" et "La Chine et le monde depuis 1949". Mais il ne s’est pas démonté.

"Je suis content parce que ça fait réagir les gens, en bien ou en mal"

"Aujourd'hui, j'ai décidé de ne pas composer sur l'un des deux sujets proposés. Je l'avoue, je n'ai pas appris mes cours d'histoire, j'ai fait une erreur. Alors quitte à devoir passer au moins une heure dans la salle d'examen, autant mettre ce temps à profit pour vous parler d'une chose que je juge importante, dont nous ne parlons pas assez, et qui traduit la barbarie et de l'horreur dont peuvent encore faire preuve certains pays ainsi que la complexité des relations internationales : la persécution des homosexuels en Tchétchénie", peut-on lire sur le brouillon de sa copie, que Faustin a pris en photo et posté sur Twitter.

Résultat : près de 6.000 retweets. Et un entretien accordé au HuffPost. On y apprend que beaucoup d’internautes l’ont accusé d’avoir fait cela juste pour le buzz. "À deux ou trois mots près, c'est bien ce que j'ai écrit", répond-il, prêt à montrer sa copie de bac s'il peut la récupérer par la suite. Surtout, Faustin se félicite que certaines personnes aient pris connaissance, via son tweet, de la situation en Tchétchénie : "Je suis content parce que ça fait réagir les gens, en bien ou en mal mais au moins ils en parlent, et c'est important pour sensibiliser le plus de monde possible sur ce qui se passe là-bas, parce qu'il n'y a pas vraiment de réactions vis-à-vis de ce génocide." Littéralement ce qu’on appelle un mal pour un bien.

Plus d'articles

Sur le même sujet