Pour Gérard Collomb, la PMA pour toutes les femmes n’est "pas une priorité"

DirectLCI
DIVISION – Le gouvernement dirigé par Edouard Philippe entend proposer dès 2018 l’ouverture à toutes les femmes à la procréation médicale assistée. La secrétaire d’État Marlène Schiappa a rappelé qu’un calendrier plus définitif serait annoncé lors des états généraux de la bioéthique. Mais pour le ministre de l’Intérieur, certaines problématiques sociétales en France passent avant.

Les violons du gouvernement ne sont pas tous accordés. Invité dimanche de l’émission "Le Grand Jury", sur LCI – RTL – Le Figaro, Gérard Collomb a estimé que la PMA (procréation médicale assistée) ouverte à toutes les femmes n’était "pas une priorité". "Je proposerai que l’on puisse résoudre le problème du chômage avant de s’attaquer aux problèmes civilisationnels", a ainsi déclaré le ministre de l’Intérieur, qui s’est déjà, par le passé, prononcé contre la PMA pour toutes. "Pour le moment, je n’ai pas vu ce projet porté dans le calendrier", a-t-il par ailleurs souligné. Selon Gérard Collomb, aborder ce sujet doit être fait de façon précautionneuse, car la PMA, qui exclut pour l’instant les femmes célibataires et homosexuelles, "peut poser des problèmes", et nécessitera selon lui la mise en place de "garde-fous".

Mais, les membres du gouvernement ne possèdent visiblement pas tous la même information. Sur France 3 dimanche, Marlène Schiappa, secrétaire d’État en charge de l’égalité hommes-femmes, a tenu à apporter quelques précisions concernant le débat autour de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. "En 2018, a priori fin d’année 2018, il y aura des états généraux de la bioéthique dans le cadre de la révision de la loi bioéthique proposée par la ministre de la Santé", a-t-elle ainsi expliqué. Et c’est dans ce cadre, a-t-elle insisté, que "nous débattrons de la PMA, le gouvernement proposera d’ouvrir la PMA (…) le calendrier précis sera exposé à ce moment-là".  Le cabinet de Marlène Schiappa a également rappelé dimanche que l’ouverture de la PMA à toutes les femmes était "un engagement de campagne du président de la République", et que l’année 2018 avait été fixée dès le départ comme date d’ouverture des débats sur la question.

En vidéo

Castaner : "L'avis du CCNE permet d'envisager une évolution de la législation sur la PMA"

En vidéo

Débat PMA

Une position également réaffirmée, il y a quelques jours, par la ministre de la Santé. "Nous verrons quel est le rapport final qui sera fait à l’issue de ces états généraux de la bioéthique", avait ainsi déclaré Agnès Buzyn jeudi. "La promesse de campagne doit être entendue mais nous attendons le rapport final", avait-elle ajouté. Le cabinet de Marlène Schiappa a également précisé de son côté que le débat sur l’ouverture de la PMA sera bel et bien porté par la ministre de la Santé. "Les répartitions des responsabilités sont définies dans les lettres de mission : la secrétaire d’État est en charge de la lutte contre les haines LGBT, et secondera à ce titre la ministre de la Santé dans le débat. La PMA est bien citée dans la lettre de mission que lui a remise le Premier ministre".

Plus d'articles

Sur le même sujet