Pourquoi les Français préfèrent les réseaux sociaux à Pôle emploi pour chercher un job

Pourquoi les Français préfèrent les réseaux sociaux à Pôle emploi pour chercher un job

CV NUMÉRIQUE – Dans un contexte de chômage galopant, les Français font plus confiance à eux-mêmes qu'à Pôle emploi pour trouver un travail ou un collaborateur. Pourquoi ? Qu'y trouvent-ils que l'agence officielle ne leur offre pas ? Sur quels réseaux vont-ils ? Éléments de réponse.

La Toile plus efficace que Pôle emploi ? A l'heure où le taux de chômage vole de record en record chaque mois (il a encore augmenté de 0,7% en avril), les Français semblent en avoir acquis la certitude : 58% des employeurs et 54% des actifs pensent ainsi que les sites Internet et les réseaux sociaux sont plus efficaces que les services d'emploi officiels pour chercher un travail ou pourvoir un poste, révèle un sondage Odoxa pour RTL , Facebook, Work4 et la CGPME publié ce lundi.

Dans l'ensemble pourtant, seuls 40% des employeurs et 35% des actifs déclarent utiliser ces moyens pour recruter un nouveau collaborateur. Ce qui situe la France dans une moyenne basse de l'utilisation professionnelle des réseaux sociaux : en Allemagne, le taux global monte à 51% et jusqu'à 71% en Italie, selon une enquête Randstad publiée début mai. Mais il y a ce que les Français disent et ce que les Français font, indique Odoxa : quand il s'agit en effet de passer en recherche active, 57% des employeurs et surtout 74% des actifs se tournent en fait vers Internet.

"Les réseaux sociaux créent des opportunités"

Des chiffres qui sonnent comme une remise en cause de l'accompagnement offert par Pôle emploi, que relativise néanmoins Martin Villelongue, du cabinet de conseil en recrutement de cadres Michael Page  : "Les réseaux sociaux sont devenus un outil indispensable du recrutement mais ce n'est pas la révolution annoncée qui aurait bouleversé la donne". "Leur avantage comparatif, nous précise Christophe Blazquez , spécialiste des questions de recrutement sur Internet et de réputation numérique, c'est qu'ils donnent accès au 'marché caché' de l'emploi, prépondérant". Le marché caché, ce sont tous ces postes à pourvoir qui ne donnent pas lieu à une annonce en bonne et due forme, par exemple chez Pôle emploi. "Les réseaux créent des opportunités, pour les actifs qui peuvent se rendre visibles même sans vraiment chercher et pour les employeurs, qui ont accès à des profils différents de ceux qu'ils reçoivent par la voie classique d'annonce", complète Martin Viellelongue.

Mais de quels sites parle-t-on ? L'enquête donne le tiercé gagnant : Facebook est cité par 55,9% des Français qui utilisent les réseaux pour trouver un job, devant Linkedin (41,5%) et Viadeo (34,5%). Un mélange de sites généralistes et spécialisés qui s'explique par des usages différents selon l'âge et la catégorie professionnelle. Les plus diplômés se tournent ainsi plutôt vers les réseaux professionnels. Revendiquant chacun plus de dix millions d’abonnés en France, Viadeo et Linkedin sont les leaders du secteur. Quelle différence entre les deux ? Le premier, français, se revendique moins élitiste que l'Américain, traditionnellement plus tourné vers les profils CSP+ ou internationaux.

A LIRE AUSSI >> Les 5 règles à suivre pour chercher un emploi sur les réseaux sociaux
De son côté, Facebook est logiquement plébiscité par les plus jeunes (65,5% des 18-24 ans), ainsi que par les moins diplômés (71% des niveaux CAP ou Bac). Etonnant, d'aller chercher un emploi sur ce réseau plutôt calibré pour la vie privée ? Pas tant que ça. Le réseau social le plus fréquenté remplit justement à merveille une méthode vieille comme le travail pour faire savoir qu'on est à la recherche d'un job et se faire transmettre des annonces par les amis et la famille : le bouche à oreille... Comme quoi, Internet ne réinvente pas tout.

Plus d'articles

Les tags

    En ce moment

    Rubriques