Quand Wikipédia bloque le ministère de l’Intérieur pour "foutage de gueule"

Quand Wikipédia bloque le ministère de l’Intérieur pour "foutage de gueule"

TROP DE TROLLS – D’après le Canard Enchaîné, les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont la fâcheuse manie d’aller modifier ou réécrire la page Wikipedia de la place Beauvau. A tel point, que l’encyclopédie participative leur en a coupé l’accès pour un an.

Punis. Au coin. Comme des petits chenapans de mauvais élèves. C’est ce qui est arrivé aux fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, rapporte le Canard Enchaîné dans son édition à paraître mercredi. D’après l’hebdomadaire satirique, l’encyclopédie collaborative a interdit pour un an aux fonctionnaires du ministère de l’Intérieur d’intervenir sur leur page Wikipédia.

"Sale batar"

Le site a en en fait bloqué, le 18 décembre dernier, l'adresse IP 212.234.218.196, numéro d’identification du ministère, qui permet aux ordinateurs d’accéder à internet. "Motif : "attitude non collaborative [...], passage en force" et "foutage de gueule"", écrit le Canard Enchaîné. Les fonctionnaires de la place Beauvau auraient en fait la fâcheuse manie d’aller modifier, effacer, réécrire la page Wikipédia présentant le ministère . L’endroit serait même devenu un lieu de discussion, voire de règlements de comptes en ligne.

Le 21 août dernier, l’un des fonctionnaires a même effacé une "partie de la fiche de présentation de l'encyclopédie avant d'écrire 'sale batar' (sic) sur une autre page", rapporte le Canard. Wikipédia a donc décidé de sonner la fin de la récré.

Déjà suspendu en 2013

Le 9 décembre, le ministère a fait l'objet d'un signalement pour "vandalisme répété". Les gestionnaires du site avaient même adressé un "dernier avertissement" : "Veuillez cesser immédiatement toute dégradation de Wikipedia. Au prochain acte de vandalisme, vous serez interdits en écriture." A croire que les petits malins n’ont pas écouté, parce que Wikipedia a tout bloqué.

Ces petits amusements ont l’air d’être un vrai péché mignon place Beauvau. En 2013, un habitant des lieux avait "tenté de modifier la fiche du préfet de police de l'époque, Bernard Boucault, afin d'effacer la trace de ses démêlés avec les opposants au mariage pour tous", écrit le Canard. Six modifications en l’espace d’une demi-heure, pendant qu’en face, d’autres internautes défaisaient ce qu’il faisait. L’épisode avait déjà valu au ministère d’être temporairement interdit de Wikipedia. Qui a dit que sur Internet il n’y avait pas de loi ? Pas la place Beauvau en tout cas.

A LIRE AUSSI >> Le Canard enchaîné : 100 ans de pavés dans la mare

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques