Qui est ce SDF algérien de 81 ans pour qui Facebook se mobilise ?

Qui est ce SDF algérien de 81 ans pour qui Facebook se mobilise ?

MOBILISATION - Depuis un mois et demi Massi, un jeune homme de 24 ans travaillant rue du Caire à Paris, croise régulièrement Abdel Aziz, un SDF algérien de 81 ans. Une forte mobilisation s’est installée sur une page Facebook qu'il a créé pour tenter d’aider ce vieil homme malade à retrouver ses proches.

Son combat a porté ses fruits. Depuis le 18 janvier, Massi travaille rue du Caire dans le 2e arrondissement parisien. Il y a quelques semaines, ce jeune homme de 24 ans se rend compte qu’un SDF est constamment présent à proximité de son lieu de travail. "J’ai tenté de parler avec lui mais il semblait confus", explique-t-il à metronews. Durant plusieurs semaines, Massi va croiser le vieil inconnu rue du Caire mais aussi à la gare du Nord. "Je lui ai proposé plusieurs fois mon aide, il l’a refusée. Il dort parfois dans les salles d’attente d’hôpitaux parisiens ou dans la rue. Il est très faible et malade et perd la mémoire", relate le jeune homme qui, il y a quelques jours, est enfin arrivé à faire parler le vieil homme, âgé de 81 ans, sans papiers d'identité.

Ce dernier explique se nommer Abdel Aziz Chira et être originaire de Bourdj Bou, une commune algérienne proche de la Kabylie. Massi décide alors de lancer un appel à témoins sur une page Facebook qui, en 5 jours, parvient à attirer 4700 abonnés. Sofia, une amie qui l’aide à tenir la page, propose même une récompense de 1000 euros à qui retrouvera la famille d'Abdel Aziz. "Elle est très attachée à cette cause, elle travaille auprès des personnes en difficulté depuis longtemps", nous détaille Massi.

Forte mobilisation des internautes

Magie des réseaux sociaux, tout s'enchaîne très vite. "Beaucoup de gens se sont mobilisés, en France et en Algérie. Un ambassadeur et un avocat (qui ont préféré garder l’anonymat, ndlr), m’aident aussi bénévolement à retracer la vie de cet homme. En Algérie, des gens ont accroché sa photo un peu partout dans la rue, les commerces, les commissariats", raconte Massi, qui ajoute : "J’ai tenté de l’aider à se souvenir d’où il venait. Je lui ai montré des photos de Sétif et des villes alentour, dont Bourdj Bou. Il a vivement réagi en voyant la grande place de la ville dont il me parlait."

Le jeune homme décide alors de creuser dans cette direction avec l'un de ses contacts, en faisant des recherches par le nom Chira. Et ce mardi matin, les choses ont évolué : "Nous avons réussi à retrouver sa véritable identité : il ne s'appelle pas Chira mais Cheikh. Il est arrivé en France à 20 ans et a vécu de petits boulots de jardinier et en restauration entre Bagnolet et Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Il a fait des allers et retours en Algérie jusqu’à ses 60 ans et a un petit frère, Rachid, qui habiterait à Alger."

Sa nièce habite à Lyon

Massi a enfin retrouver la famille de ce vieil homme qu’il porte aujourd’hui dans son cœur. A tel point qu’il l’héberge chez lui depuis lundi soir, "pour éviter qu’il ne passe une autre nuit dans le froid." "Grâce à quelqu’un sur Facebook, les enfants de Rachid Cheikh (qui est en fait décédé l'an dernier) ont été informés qu’un homme recherchait sa famille. J'ai pu échanger avec eux ce mardi soir. Abdel Aziz a également une sœur, Rbiha, qui est toujours en vie et habite à Constantine", explique le jeune homme.

Contactée par metronews, la fille de Rbiha, qui habite Lyon, a formellement reconnu son oncle Abdel Aziz et prévenu sa mère à Constantine qui a toujours cru que son frère était mort. Sa famille est prête à l'accueillir en Algérie au plus vite, afin qu'il soit entouré des siens. Massi est, lui, focalisé sur la prochaine étape : obtenir un laisser-passer qui permettrait à Abdel Aziz de retourner dans son pays natal.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques