Qui sont les "Poissons roses", ces socialistes chrétiens qui vont rencontrer le pape François ?

Qui sont les "Poissons roses", ces socialistes chrétiens qui vont rencontrer le pape François ?

ZOOM – Ils sont à la gauche ce que Sens commun est à la droite. Une délégation des "Poissons roses", un mouvement chrétien de gauche qui veut peser sur le PS, sont reçus mardi par le pape François à Rome. Qui sont-ils et que représentent-ils chez les socialistes ? Metronews vous en dit plus.

Ils auront mardi un "rendez-vous politique" avec François. Une trentaine de membres des "Poissons roses", dont trois députés PS, vont se rendre mardi au Vatican pour s'entretenir avec ce pape qui les inspire. "On lui avait écrit en octobre pour lui dire que tous ses discours résonnent beaucoup par rapport aux combats que nous menons au sein de la gauche, et qu'on aimerait le rencontrer pour lui faire part de la complexité de ce qui se passe en France, à la fois les belles choses et les peurs", nous raconte Philippe de Roux, le fondateur des Poissons roses. Avec cet entrepreneur social, nous avons cherché à en savoir plus sur ce mouvement atypique créé il y a cinq ans.

Pourquoi les "poissons roses" ?
Ils ont choisi le poisson pour le symbole chrétien, le rose pour la gauche. Mais pas seulement. "On agit en bancs, contrairement aux grandes organisations politiques qui sont devenues de grosses baleines. Et le poisson, c'est glissant, on a du mal à les mettre dans des cases", s'amuse Philippe de Roux. Sur leur site , les Poissons roses expliquent vouloir "promouvoir la justice sociale, un modèle économique plus sobre, fondé sur la notion d’une réussite collective au-delà du matérialisme, et mettre en avant des propositions dans le domaine de l'éthique sociale". Ils se revendiquent comme "papistes" plutôt que catholiques : ce dernier terme "nous enferme, or l'aura du pape va bien au-delà des cercles catholiques", explique Philippe de Roux, qui souligne que parmi la délégation reçue mardi à Rome, il y aura notamment un pasteur protestant et une écrivaine musulmane.

Que représentent-ils au sein du PS ?
Les Poissons roses se revendiquent aussi comme socialistes, mais leur voix est évidemment très minoritaire au sein de ce parti qu'ils cherchent à faire évoluer : les catholiques pratiquants n'ont-ils pas voté à 79% Sarkozy au second tour de 2012 * ? Pas besoin, de toute façon, d'avoir sa carte au PS pour faire partie des poissons roses : sur les 1000 sympathisants revendiqués du mouvement (il compte environ 150 adhérents), la moitié seulement est socialiste.

Quelles sont leurs idées ?
Pour résumer, ils s'opposent à l'ultralibéralisme aussi bien dans le champ économique que dans le champ sociétal. Dans le second domaine, ils se rapprochent de leur pendant chez Les Républicains, Sens commun : contre la GPA, l'adoption des enfants par les couples homosexuels, l'euthanasie... "Mais que pensent-ils par exemple, eux, du devoir de vigilance des multinationales par rapport aux sous-traitants et aux populations ouvrières exploitées du Bangladesh ?", interroge Philippe de Roux pour marquer sa différence et la "cohérence" de son mouvement par rapport à celui de droite. Sur le plan économique, le livre-manifeste** qu'il vient de publier avec Patrice Obert, le président des poissons roses, propose par exemple un "revenu de libre activité pour tous", une allocation universelle qui permettrait "à chacun de vivre d’une activité non-marchande".

Un candidat en cas de primaires pour 2017 ?
Les Poissons roses militent pour des "primaires citoyennes" à gauche pour 2017. "C'est le meilleur moyen pour François Hollande de se rebooster", assure Philippe de Roux. Pourraient-ils glisser un candidat dans le débat ? Le fondateur du mouvement fait l'anguille : "On est tout petits, même si des gens chez nous pourraient éventuellement se poser la question afin de se faire entendre..." Mais "peser, poursuit-il, c'est surtout avoir des idées, écrire des livres et parler les yeux dans les yeux aux responsables". Après le pape, les poissons roses ont d'ailleurs rendez-vous courant mars avec le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, pour lui exposer leur projet.

* Selon un sondage Harris Viadéo alors publié par l'hebdomadaire chrétien La Vie ** "A contre-courant. Pour guérir la gauche et relancer la France", éd. du Cerf.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques