Radicalisation des jeunes Français : "Un 2e Facebook plein de femmes en niqab armées"

Radicalisation des jeunes Français : "Un 2e Facebook plein de femmes en niqab armées"

TEMOIGNAGES - L'anthropologue Dounia Bouzar sera l'invitée, après le film "Ne m'abandonne pas", de l'émission "Qui sont ces enfants partis faire le djihad ?", ce mercredi sur France 2. Auteure de "Ils cherchent le paradis, elle s'est spécialisée dans la radicalisation des jeunes.

"Un plan d'attaque terroriste caché dans son cours de maths (P. 74-75)
"Rachel* a encore sa fille. Des voisins l’ont avertie : une fois dans les escaliers, la jeune fille enfile un grand drap noir avant de sortir. Rachel ne les a pas cru et a fouillé la chambre. Sous le lit, elle a trouvé deux grands jilbabs, un marron et un bleu marine, et un niqab tout noir. Entre les deux, un tapis de prière, qui renfermait des petits livres aux titres évocateurs. Sophie les reconnaît. Ce sont les mêmes que les fameux dossiers secrets rangés par Adèle dans son ordinateur : "La purifiction", "Les angoisses du jour dernier", "Le voyage vers l’éternité", "Les signes précurseurs de la fin du monde"...

Rachel s’est écroulée pendant trois jours sans oser le dire à son mari. Mais il s’en doutait. Depuis plusieurs shabbats, Yaël refusait de boire le petit verre de vin. Elle s’asseyait du bout des fesses à la table familiale, ne prononçait plus la prière et restait figée. Au lycée, le meilleur de Paris, la petite est passée de 18 à 2 de moyenne en quelques semaines. Quand le père a fouillé la chambre à son tour, il a trouvé un plan d’attaque terroriste, caché dans son cours de maths. Les parents tiennent un magasin de luxe sur les Champs-Elysées.

- La bombe est prévue dans notre vitrine, articule difficilement Rachel."

"Elle ne sait pas qu'on sait" (P. 112-113)
"Nadia demande à la femme du couple, Aline, de prendre à son tour la parole. C’est un cas particulier : sa fille ne montre rien, elle s’est juste éloignée de ses anciens amis. Mais pas de rupture scolaire, alimentaire, sportive... Son comportement ressemble à celui d’Adèle. Sauf que là, les parents ont découvert son deuxième Facebook avant même qu’elle ne tente de partir : il est plein de femmes en niqab armées, qu’elle appelle "mes perles douces d’amour". Elle prépare son départ en Syrie, a trouvé son tuteur et son "prince barbu".

Elle ne sait pas qu’on sait, dit Aline. Samedi dernier, elle nous a dit qu’elle révisait chez une copine. Elle prépare le concours de Science Po. J’ai voulu vérifier. Moi aussi, je deviens schizo. Je vois son Facebook, mais je n’y crois toujours pas. Je me suis déguisée et je l’ai suivie. C’était l’horreur... Elle s’est arrêtée dans un coin pour enfiler une jupe longue et un grand voile noir. On était déguisées toutes les deux ! Après, elle en a retrouvé d’autres et elles sont parties bras dessus bras dessous, comme une grappe de raisins noirs. Je n’ai pas pu les suivre.

José, le père, reprend :

Le soir, je l’ai interrogée sur ses révisions. Les yeux dans les yeux, sans sourciller une fois, elle m’a débité les chapitres du programme. Elle a deux personnalités, on pense consulter un psychiatre. Mais doit-on lui dire qu’on sait ?"

EN SAVOIR +
>> Vu de Twitter : "Ne m'abandonne pas" applaudi de toutes parts
>> Les mineurs peuvent-ils quitter la France sans autorisation ?
>> Syrie : ces familles françaises dont les enfants sont partis faire le djihad

*Afin de préserver les familles et d'assurer leur sécurité, leurs prénoms et leurs noms ont été changés

Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l'enfer paraît aux Editions de l'Atelier le 09 octobre
16 euros, 176 pages.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques