Refus de scolariser des enfants roms : le maire de Saint-Ouen mis en demeure

Refus de scolariser des enfants roms : le maire de Saint-Ouen mis en demeure

INFO LCI - La préfecture de Seine-Saint-Denis a décidé de mettre en demeure la mairie de Saint-Ouen qui refusait de scolariser 5 enfants roms. La municipalité dispose d'un délai de huit jours pour procéder à leur inscription.

Le maire de Saint-Ouen avait refusé de scolariser 5 enfants roms d'un bidonville situé dans sa commune. Pour justifier sa décision, William Delannoy invoquait l'argument de la domiciliation car, selon lui, "ces enfants ne disposent pas d’adresse" à Saint-Ouen (Seine-saint-Denis). "Je n’ai donc aucune raison de les scolariser", faisait-il valoir il y a dix jours dans Le Parisien. "Je ne peux plus digérer toute la misère du monde", poursuivait-il cette semaine auprès de l'AFP, demandant à l'Etat d'assumer ses responsabilités. La scolarisation de tous les enfants par les municipalités est pourtant obligatoire en France.

Inscrits d'office si le maire persiste

Pour mettre fin à la polémique et à cette infraction à la loi, la préfecture de Seine-Saint-Denis vient d'envoyer une lettre de mise en demeure à la mairie, qui devrait la recevoir dans les heures à venir, selon nos informations. "On demande à la municipalité d'inscrire sous huitaine les enfants roms" qui s'étaient vus refuser leur scolarisation, nous indique-t-on à la préfecture. Si la mairie persiste dans son refus, les enfants seront inscrits d'office. 


La Fédération des conseils de parents d'élèves de Saint-Ouen (FCPE) précise que les enfants concernés, qui vivent dans le bidonville de la rue Ardouin, seraient au nombre de trois. Joint par LCI ce vendredi, le maire de Saint-Ouen n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques