Rémunération des fonctionnaires : Macron favorable au "mérite"

Rémunération des fonctionnaires : Macron favorable au "mérite"

DirectLCI
SALAIRE - Les 1300 agents municipaux de Suresnes (Hauts-de-Seine) seront rémunérés dès 2016 avec une part variable, par exemple en fonction de leur capacité d'initiative. Le ministre de l'Economie s'est dit mardi favorable à "accroître la part du mérite" dans la rémunération des agents de la fonction publique.

C'est une première dans la fonction publique. A partir du mois d'avril 2016, la ville de Suresnes, dans la banlieue ouest de Paris, va rémunérer ses agents au mérite. "Il fallait sortir d'un système désuet, opaque, complexe, et d'une rémunération des cadres uniquement basée sur l'ancienneté, inéquitable", explique au Figaro Béatrice de Lavalette, adjointe au maire à l'initiative de la mesure. Dès l'an prochain, les 1300 fonctionnaires de la ville verront donc leur régime indemnitaire varier en fonction d'une note qui ira de "très insuffisant" à "exceptionnel".

Ce régime indemnitaire, c'est-à-dire la part de leur salaire qui rassemble primes et indemnités explique la Gazette des communes , peut représenter jusqu'à un tiers du salaire total. Ainsi, un agent de catégorie A dont le régime indemnitaire était de 100 euros par mois, pourra toucher 135 euros en cas de bonne note et 85 euros dans le cas contraire. Les fonctionnaires seront ainsi jugés sur des critères objectifs, comme l’assiduité, le respect des délais. Ou plus ouverts comme l’adaptation au changement et la prise d’initiative. Pour les chefs, il y aura aussi l’absentéisme dans leurs équipes et le maintien d’une "attitude contrôlée en toutes circonstances". Un système fortement soutenu par les trois syndicats de cette mairie tenue par un membre du parti Les Républicains.

"Je pense qu'il faut accroître la part de mérite"

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est déclaré mardi favorable à "accroître la part de mérite" dans la rémunération des fonctionnaires, tout en précisant que la performance des employés du secteur public ne pouvait être mesurée comme dans le privé. "Je pense qu'il faut accroître la part de mérite, la part d'évaluation, dans la rémunération de la fonction publique", a affirmé le ministre sur Europe 1 , soulignant qu'il s'agissait "d'une conviction personnelle". "La performance, quand on est fonctionnaire, ne se mesure pas forcément comme dans une entreprise", a-t-il ajouté. 

Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la fonction publique a également réagi favorablement. "C'est une bonne idée, et elle a été discutée avec les organisations syndicales", approuve la ministre, qui précise qu'"évidemment il ne s'agit pas de conditionner leur traitement au mérite, mais leur régime indemnitaire". Elle indique donc deux conditions : "il faut qu'il y ait discussion avec les syndicats, et il faut aussi qu'on puisse avoir cette prime pour les travaux en équipe".

À LIRE AUSSI 
>> 
Pour Macron, le statut de fonctionnaire n'est "plus justifiable" >> Macron et ses phrases pas vraiment de gauche
 

Plus d'articles

Sur le même sujet