Saint-Valentin : Les hommes, ces grands romantiques ?

Saint-Valentin : Les hommes, ces grands romantiques ?

SONDAGE - Surprise, une étude révèle que ces messieurs ont plus envie de fêter la Saint-Valentin que les femmes, en France.

Les hommes seraient des parfaits Valentin. Selon un sondage Ifop pour le fabricant de cadenas Master Lock , 46 % d’entre eux prévoient de fêter la Saint-Valentin contre seulement 39 % de femmes. Les jeunes apparaissent comme les champions du 14 février : presque la moitié des hommes de moins de 35 ans joueront les Roméo ce soir.

Pour Jean-Claude Kaufmann, sociologue spécialiste des relations amoureuses, ce ne sont pas de grands élans romantiques qui les inspirent. "La Saint-Valentin se maintient grâce à la culpabilité des hommes, s’amuse-t-il. Beaucoup de femmes rêvent de merveilles et d’une attention continuelle. Eux sont plus attirés par le réconfort, par un quotidien sans prise de risque ni tension. Ils savent qu’ils ne sont pas à la hauteur des attentes de leurs compagnes. La Saint-Valentin se présente donc comme une compensation symbolique, un grand rattrapage. Mais un rattrapage obligatoire : gare à celui qui oublierait cette date !"

Le Parisien n'est pas fleur bleue

L’événement reste ainsi un rituel conjugal pour 42 % des Français, chiffre relativement stable depuis dix ans (40 % en 2003), et pour plus de la moitié de ceux qui vivent en couple. Plus mystérieux, près d’un célibataire sur cinq a décidé de défier le sort et fêtera, envers et contre tout, la Saint-Valentin. Les pires asséchés du cœur sont les Parisiens : à peine plus d’un tiers (34 %) daigneront s’offrir un instant romantique.

Côté programme, rien de révolutionnaire : qui aime, mange. Presque la moitié des Français iront au restaurant. S’offrir un bon repas est particulièrement prisé par les plus de 65 ans et… par les célibataires. Un quart des sondés s’aimeront à domicile et prépareront eux-mêmes leur dîner aux chandelles. Aller danser ou voir un film est plutôt boudé et semble réservé aux week-ends. Enfin, signalons l’étrange situation de 15 % des Français. Aussi romantiques que fainéants, ils affirment vouloir fêter la Saint-Valentin, mais ne feront rien de particulier de leur soirée. De quoi faire rêver.

Plus d'articles

Sur le même sujet