Salariés étrangers, peu d'entreprises locales... quand la COP21 ne tient pas ses promesses

Salariés étrangers, peu d'entreprises locales... quand la COP21 ne tient pas ses promesses

DirectLCI
EMPLOI - Sur les 3 000 personnes qui vont directement travailler pour la conférence environnementale COP21 à Paris, 200 seulement seraient embauchées par des entreprises de Seine-Saint-Denis et au moins 200 autres seraient des salariés détachés d'Europe de l'Est, pour certains très mal payés...

Sur le papier, il y a les promesses, sur le terrain, la réalité. Alors que les organisateurs de la conférence environnementale à Paris (COP21) s'étaient engagés à ce que les emplois créés bénéficient "de façon prioritaire aux personnes habitant le territoire", notamment la Seine-Saint-Denis où l'événement va se dérouler, les informations de France 2 sont édifiantes...

Quatre PME locales

Au moins 200 salariés embauchés pour la COP21 seraient des travailleurs détachés exceptionnellement venus d’Europe de l’Est, rapporte la chaîne publique. Si les bonnes intentions ne sont donc pas respectées, rien d'illégal cependant, tant que les conditions de travail et de rémunération des employés étrangers sont les mêmes que pour des Français. Or, le témoignage d'un ouvrier slovaque met à mal ce principe : il gagnerait 70 euros pour douze heures de travail, soit bien en deçà du Smic.

L’entreprise qui l’emploie, GL Events, contactée par France 2, ne reconnaît l’embauche que de six Slovènes via ses sous-traitants. Les organisateurs n’ont pu communiquer aucun chiffre sur le nombre de travailleurs détachés. Quant aux 3 000 personnes qui vont directement travailler pour l'événement, 200 seulement seront finalement embauchées par les entreprises du département. Et parmi les 38 entreprises prestataires, seules quatre PME sont de Seine-Saint-Denis.

EN SAVOIR + >> Notre dossier complet sur la COP21
 

Plus d'articles