Un cas de vache folle confirmé dans un élevage des Ardennes en France

Un cas de vache folle confirmé dans un élevage des Ardennes en France

ANIMAUX - Les analyses en laboratoire ont confirmé un cas de vache folle, dans une exploitation dans un élevage des Ardennes.

Le cas était détecté depuis le 17 mars. Mais des prélèvements ont confirmé la maladie, ce jeudi. Un cas de "vache folle" a été établi en France, dans un élevage des Ardennes. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Agriculture.

La vache incriminée, de race Salers, était en fait morte prématurément, à 5 ans, dans l’élevage. Comme l’exige un règlement en vigueur depuis 2014, un test devait être effectué. Des prélèvements avaient été faits sur l’animal à l’équarrissage.

Les résultats sont tombés

Le 22 mars dernier, ils avaient été envoyés au laboratoire de référence de l’Union européenne pour avoir une confirmation du résultat de l’analyse. Le résultat devait être disponible dans un délai de 8 à 10 jours mais, le ministère de l’Agriculture a donné son verdict son attendre le délai. Oui, la vache est bien poreuse d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB).

Alors que le cas de sa vache n’était pas encore confirmé, l’agriculteur visé, Sylvain, rencontré par l’ Union , ne cachait pas son désarroi : "Le ciel nous est tombé sur la tête", disait-il dans le journal local. "On n’y est strictement pour rien". Dans l'attente, l'éleveur a été prévenu et son troupeau de 400 animaux "mis sous surveillance" à titre préventif par arrêté préfectoral, ce qui interdit tout mouvement des animaux concernés en dehors de l'exploitation.

Le premier cas depuis 2001

Le cas d’ESB est "isolé", indique le ministère dans son communiqué. C’est le premier cas d’ESB de ce type détecté en France depuis 2011. En mai 2015, le pays avait été requalifié parmi les pays à "risque négligeable" pour l'ESB par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Cette décision avait permis de rouvrir l'accès à des pays comme l'Arabie saoudite, le Canada, Singapour, le Vietnam ou l'Afrique du Sud. De manière générale en Europe, le nombre de cas d'ESB  a immédiatement chuté après l'interdiction des farines animales, fin 2001.

Mais dès qu'un cas d'ESB est avéré, tous les animaux ayant été en contact avec le sujet malade ou bien lié à lui par filiation devront être abattus, qu'ils se trouvent dans le même élevage ou dans une autre exploitation, ont expliqué des experts de la Direction générale de l'alimentation. Hors contact, depuis la fin des farines animales, la filiation est le seul mode possible de contamination.
 

A LIRE AUSSI
>> S uspicion de vache folle dans un élevage des Ardennes

>> Un cas repéré en Irlande, 67 bovins abattus

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques