Un témoin braqué par les frères Kouachi raconte : "Tu diras c'est Al-Qaïda au Yémen"

Un témoin braqué par les frères Kouachi raconte : "Tu diras c'est Al-Qaïda au Yémen"

ATTENTAT - Juste après avoir pénétré dans les locaux de Charlie Hebdo mercredi, les auteurs présumés du massacre ont volé une voiture pour s'enfuir. Le conducteur de la Clio relate sa rencontre avec les frères Kouachi.

"J'ai eu de la chance, énormément de chance". Deux jours après l'attaque sanglante de Charlie Hebdo qui a engendré la mort d'au moins douze personnes, le conducteur dont la voiture a été volée par les frères Kouachi quelques minutes après l'attentat raconte sur Europe1.fr son face à face avec les meurtriers présumés. Dans leur fuite, les deux frères ont en effet dû changer de véhicule. Le conducteur se trouvait dans sa Clio grise rue de Meaux, dans le 19e arrondissement de Paris, lorsque deux hommes vêtus de tenues paramilitaires l'ont abordé. Il ignorait à ce moment l'attaque qui venait d'avoir lieu dans les locaux de Charlie hebdo, dans le centre de Paris.

L'homme explique avoir vu l'un des frères descendre du véhicule noir qu'il conduisait, armé d'un pistolet mitrailleur. "Comme j'avais ma vitre ouverte, il me dit : 'Descends de ta voiture, on a besoin de ta voiture.'" Au moment où il s'exécute, "arrive une deuxième personne qui monte côté passager avec aussi un fusil avec une sorte de grenade au bout." Malgré une tenue et un arsenal impressionnants, les deux frères "n'ont jamais couru, jamais élevé la voix, (...) n'ont jamais paru excités", raconte le propriétaire de la voiture volée. Selon lui, les frères Kouachi étaient "très très calmes, très déterminés, très posés".

"J'ai récupéré mon chien"

Si les deux agresseurs étaient masqués lorsqu'ils ont fait irruption dans les locaux de Charlie hebdo, ils ont enlevé leurs cagoules peu après puisque le conducteur de la voiture a bien vu leurs visages, qu'il a ensuite reconnus sur les photos diffusées dans les médias. Avant que les frères Kouachi ne partent en volant sa voiture, le conducteur réussit à récupérer son chien, à l'arrière du véhicule. Une fois les deux agresseurs à l'avant de la voiture, l'homme, debout dans la rue, a eu "le réflexe d'ouvrir la porte arrière et de dire : 'Je récupère mon chien.' J'ai donc récupéré mon chien", explique-t-il.

En partant, Saïd et Chérif Kouachi lui adressent un message. "Ils m'ont dit : 'Si jamais, tu t'adresses… enfin, si les médias t'interrogent, tu diras : 'C'est Al-Qaïda au Yémen'.'" La Clio a ensuite démarré, pour caler juste après. Puis elle a redémarré et a disparu.

EN SAVOIR +
>>
Les frères Kouachi retiennent un otage dans une entreprise de Dammartin-en-Goële
>> Charlie Hebdo : qui sont les 12 "héros", victimes de l'attentat
>> Attentat contre Charlie Hebdo : que sait-on des suspects ?
>> Mercredi noir pour la liberté d'expression
>>  Hollande annonce un jour de deuil national

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques