Attaque d'un policier à Notre-Dame : Farid I., l'agresseur au marteau, mis en examen et placé en détention provisoire

ENQUÊTE - Après l'attaque au marteau perpétrée mardi contre un policier sur le parvis de Notre-Dame, le procureur de la République de Paris, François Molins, a détaillé le profil du suspect : un "néophyte" radicalisé. Celui ci a été mis en examen samedi soir et placé en détention provisoire.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a tenu une conférence de presse ce samedi  après-midi au palais de justice, quatre jours après l'attaque au marteau d'un policier devant Notre-Dame de Paris. Attaque pour laquelle l'agresseur Farid I. a été mis en examen, notamment pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste, et placé en détention provisoire, nous indique ce samedi soir une source proche du parquet.

Une "radicalisation isolée" sur internet

François Molins a affirmé que lors des premières auditions de Farid I., l’homme avait immédiatement reconnu les faits qui lui étaient reprochés. "Il s’est décrit comme un musulman sunnite pratiquant un islam plutôt dur", a indiqué François Molins. Interrogé sur son processus de radicalisation, l’homme a expliqué s’être isolé seul sur internet. Son attaque au marteau n’avait pas été préparée de longue date, a également souligné François Molins, mais plutôt "quelques jours auparavant".


Farid I. a été présenté à un juge antiterroriste en vue d'une mise en examen, a par ailleurs annoncé le procureur de Paris. Le parquet, qui a ouvert une information judiciaire notamment pour tentative d'assassinat, a requis son placement en détention provisoire.

"Un néophyte" du terrorisme

Lors de sa conférence de presse, François Molins a aussi précisé le profil de Farid. I., responsable de l’attaque au marteau contre trois policiers. Né le 18 janvier 1977 en Algérie, il est le dernier d’une fratrie de 12 frères et sœurs. En situation régulière en France, où il effectuait des études de communication, rien ne laissait penser que Farid I. s’était radicalisé ces dernières semaines. "Jamais condamné, inconnu des services spécialisés et sans contact à ce jour établi avec des individus présents en zone irako-syrienne", Farid I. présente "l'apparence du profil d'un néophyte que les services de lutte contre le terrorisme redoutent cependant tout autant que des profils plus aguerris", a-t-il souligné.


Les premiers éléments de l’enquête montre que l’homme a commencé à se radicaliser de "manière isolée" en janvier 2017. À cette époque-là, Farid I. a commencé à télécharger "des documents de propagande de Daech", "des images des attentats de Paris et Bruxelles", "des manuels de combats de l’État Islamique" et "des photos de Mohamed Merah" notamment. 

En vidéo

Attaque de Notre-Dame : "Je n'arrive pas à comprendre", confie le neuveu de l'assaillant

L’incompréhension de la famille et des proches

Selon François Molins, la famille de Fraid I., dont la majorité habite en Algérie, a fait part de l’incompréhension la plus totale suite à son passage à l’acte. "Son frère a affirmé qu’il était solitaire, discret et calme. Pour lui, il n’y avait pas de signes de radicalisation", a affirmé François Molins. Lors de son interrogatoire, le frère de Farid I. a affirmé être en contact régulier avec son frère et que rien ne semblait anormal dans son comportement.  

En vidéo

Une radicalisation à l'insu de ses proches

En vidéo

Le déroulé des faits

Un "acte isolé"

Mardi après-midi, sur le parvis de la cathédrale, en plein cœur du Paris touristique, cet universitaire algérien de 40 ans, inconnu des services de renseignement, a attaqué par derrière avec un marteau une patrouille de trois policiers, blessant légèrement l'un d'entre eux derrière l'oreille gauche. Une blessure légère grâce à l'une des collègues du policier blessé, qui lui a crié "attention" en voyant Farid I. arriver. "Le policier a eu le réflexe de se recroqueviller et il pense que c'est ça qui lui a permis de ne pas être blessé au crâne", a affirmé François Molins.

Avant de passer à l'acte, l'homme a vagabondé dans le quartier autour de la Cathédrale Notre-Dame de Paris pendant plus d'une heure et demie.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attaque d’un policier à Notre-Dame de Paris

Plus d'articles

Sur le même sujet