Anelka "espère que Valls mettra autant d'énergie à redresser le pays qu'il en a mis à combattre Dieudonné"

Anelka "espère que Valls mettra autant d'énergie à redresser le pays qu'il en a mis à combattre Dieudonné"

QUENELLE - Nicolas Anelka a accordé une interview exclusive à metronews dans laquelle il revient sur son geste polémique qui lui a coûté sa place d'attaquant dans son club anglais. Et assure ne pas en vouloir plus que ça à Manuel Valls, qui l'avait lourdement critiqué au moment des faits.

La nomination de Manuel Valls à la tête du gouvernement n'est pas du goût de tout le monde. Et sans doute pas de Nicolas Anelka. L'ex-attaquant du club anglais West Bromwich Albion, qui s'est fait congédier suite à une quenelle effectuée après un doublé le 28 décembre dernier - ce geste, jugé antisémite, lui avait déjà valu en février dernier une suspension de cinq matchs -, garde une dent contre l'ex-ministre de l'Intérieur.

En France, la quenelle d'Anelka avait en effet fait du bruit au moment où Dieudonné, l'initiateur du geste, était déjà au centre de toutes les attentions. Et parmi les nombreuses réactions, celle du "premier flic de France" d'alors, chef de file des pourfendeurs de l'humoriste, avait retenu l'attention.

"Valls, il n'est pas très méchant !"

En février dernier, à Toulouse, Valls avait salué à demi-mot la décision de la fédération anglaise : "Je n'ai pas à commenter les sanctions qui sont celles de la fédération anglaise de football, mais c'est un signe important", avait-il jugé. Fort en gueule et opiniâtre, Nicolas Anelka n'a pas oublié les propos du nouveau Premier ministre.

S'il assure avoir suivi ça ''avec un peu de retard'', l'attaquant ne perd rien de son allant au moment de répondre. ''Valls, il n’est pas très méchant ! Je pense plutôt qu’il a été sous l’influence de sa femme (Anne Gravoin, Ndlr) sur cette affaire de quenelle, confie-t-il à metronews . J’espère qu’il mettra autant d’énergie à redresser le pays qu’il en a mis à combattre Dieudonné même si je ne crois pas dans les politiciens !" Un partout, balle au centre.

> Lire aussi l'interview exclusive accordée par Nicolas Anelka à metronews

Partie 1 : "Tout le peuple français insultait Domenech" Partie 2 :  "Dieudonné était un ami, c'est devenu un frère"

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques