Comprendre le scandale de dopage et de corruption dans l'athlétisme mondial en 5 dates

Comprendre le scandale de dopage et de corruption dans l'athlétisme mondial en 5 dates

CHRONOLOGIE - Comme pour l'athlétisme mondial cette sombre affaire de dopage vous a éclaté à la figure et vous ne l'avez pas vue venir ? Séance de rattrapage pour bien comprendre les enjeux d'un scandale dont on n'a pas fini d'entendre parler.

Le 3 décembre 2014 : scoop de la télé allemande
La télévision allemande ARD diffuse un documentaire intitulé "Dossier secret sur le dopage : comment la Russie produit ses vainqueurs", dans lequel est révélé un dopage systématique couvert par les autorités nationales dans l'athlétisme. Deux jours plus tard, le Comité international olympique (CIO) demande l'ouverture d'une enquête.

 Le 11 décembre : premières conséquences
Deux membres de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) renoncent à leurs fonctions alors que des allégations de corruption et de dopage sont examinées par la commission d'éthique de l'instance : le président de la Fédération russe d'athlétisme et trésorier de l'IAAF Valentin Balakhnichev, ainsi qu'un consultant marketing de l'IAAF, Papa Massata Diack, qui n'est autre qu'un des fils du président d'alors, Lamine Diack. Cinq jours plus tard, l'Agence mondiale antidopage (AMA) met sur pied une commission d'enquête.

► Le 1er août 2015 : nouvelles révélations
Juste avant les Championnats du monde à Pékin, ARD diffuse un nouveau documentaire "Dopage - top secret: le monde opaque de l'athlétisme", avec de nouvelles accusations à l'encontre d'athlètes russes et kényans. ARD et le journal britannique The Sunday Times évoquent des listes d'athlètes aux profils suspicieux, environ 5000 tests sanguins troubles sur 12.000 échantillons. Le reportage émet également des doutes concernant des médaillés et des champions olympiques.

 Le 2 novembre : Diack mis en examen
La justice française met en examen Lamine Diack (82 ans), ex-patron de l'IAAF remplacé en août dernier par Sebastian Coe, pour corruption passive et blanchiment aggravé. Son conseiller juridique Habib Cissé et le médecin français Gabriel Dollé, chargé jusqu'en décembre précédent de la lutte antidopage à l'IAAF, sont également mis en examen pour corruption. Quatre jours plus tard, l'instance annule son gala annuel, prévu le 28 novembre : "Etant donné les nuages qui assombrissent notre association, ce n'est clairement pas le moment pour la famille de l'athlétisme de célébrer notre sport", assure Sebastian Coe.

 Le 9 novembre : le rapport accablant de l'AMA
A Genève, l'Agence rend public un rapport explosif de 335 pages au cours desquelles on découvre que la Russie a mis en place un vaste de système de "dopage organisé" qui  "n'aurait pu exister" sans l'assentiment de l'Etat... Toujours selon l'AMA, les JO de Londres en 2012 ont été littéralement "sabotés" par ces pratiques, camouflées après avoir versé des pots-de-vin à certains dirigeants de l'IAAF. L'Agence recommande la suspension à vie de cinq athlètes russes (dont la championne olympique du 800 mètres) et la non-participation du pays aux JO de Rio l'été prochain. Dans la foulée, l'IAAF annonce qu'elle lance la procédure d'application des sanctions demandées par l'AMA.

À LIRE AUSSI
>>  Blatter, Diack... "Tous ces gens ont profité du sport depuis 30 ans"
>> Toute l'actu sport du metronews

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques